Imagina : la souris devient un cube en rencontrant la 3D

Par 05 février 2009

L'objet tactile d'Immersion facilite la navigation dans des environnements en trois dimensions. Il capte les ombres des doigts, sur toutes ses faces. Celles-ci sont ensuite transformées en actions sur l'écran.

Évoluer dans des environnements 3D reste complexe depuis les interfaces traditionnelles. Pour rendre cette navigation plus intuitive, le bordelais Immersion a développé CubTile, un cube tactile multipoints qui permet de se déplacer à distance dans des environnements en trois dimensions projetés sur un écran. Le but est d’ouvrir la manipulation de contenus 3D complexes au plus grand nombre. Il est possible de se déplacer en utilisant les cinq faces du cube. CubTile se manipule avec les deux mains. "Il fonctionne via une caméra qui comprend et interprète les ombres des doigts", explique à L’Atelier Geoffrey Claudin, ingénieur chez le fournisseur. Les informations captées sont alors transmises à un ordinateur placé en dessous du dispositif.
Simplifier la présentation de projets en entreprise
Celui-ci traite ces données gestuelles et les traduit en actions sur l’écran. Le tout, sans fil. Le système est présenté à l’occasion du salon européen des solutions d’aide à la conception et à la réalisation en 3D, Imagina, qui se tient à Monaco du 4 au 6 février. Les applications sont nombreuses, notamment au niveau marketing. Des bornes interactives permettront ainsi aux consommateurs de manipuler des projections d’un appartement ou d’un véhicule, ou de visualiser l’un des produits présentés en magasin. En entreprise, un tel système permettra la manipulation plus simple de documents et d’images de présentation. Difficile cependant d’envisager une utilisation à plusieurs en déployant plusieurs cubes pour permettre à des collaborateurs d’interagir simultanément avec l’interface. "L’idée est intéressante, mais elle se heurte à des problèmes techniques", commente ainsi Geoffrey Claudin.
Une utilisation collaborative compliquée
 "Le cube fonctionne comme une souris. Pour en utiliser plusieurs en même temps, il faudrait afficher les contenus sur plusieurs écrans". L’ingénieur évoque d’autres usages : applications interactives dans les musées et lieux culturels, dans les cabinets d’architectes, ou encore modules de manipulation d’images médicales. On peut aussi penser au domaine du serious game, pour permettre à des apprenants d’évoluer de manière plus intuitive dans un jeu en 3D. Autant de procédés qui semblent très proches de ceux qui sont proposés par les tables tactiles. "Si les services proposés aux clients peuvent se ressembler, la manipulation reste cependant différente", se défend l’ingénieur d’affaires. Et d’ajouter : "Les cibles sont aussi différentes. Le cube prend moins de place et coûte moins cher qu’une table tactile. Au niveau de la manipulation, il est aussi considéré comme plus ludique".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas