En Inde, le cloud facilite l'accès des services publics à tous

Par 15 septembre 2010

La migration des services gouvernementaux dans les nuages permettra à un nombre plus important de citoyens d'en profiter. Notamment parce que l'accès à Internet se développe, et que cette solution reste peu coûteuse.

Le meilleur moyen pour les autorités indiennes d'assurer les services publics à l'ensemble des citoyens consiste à développer une infrastructure en cloud computing, estime une équipe de chercheurs de l'université de Singhania. Les scientifiques indiens publient une étude dans laquelle ils appellent de leurs vœux la mise en place d'un programme gouvernemental visant à étendre les services publics à l'ensemble du pays. Selon eux, le cloud constitue une solution de qualité et facile d'accès. "La quasi-totalité des citoyens apprécient d'ores et déjà les services en ligne, et seront par conséquent nombreux à plébisciter les solutions rapides, solides et fiables permises par ce type d'infrastructure", notent-ils. Pour mettre en place un tel projet, ils proposent de suivre une organisation des tâches relativement "conventionnelle".
Le rôle déterminant des acteurs publics
En démontrant qu'il est possible de mettre en place cette infrastructure comme l'Etat pourrait le faire dans d'autres domaines, celui de l'énergie par exemple. Plusieurs acteurs ont un rôle à jouer pour lancer cette initiative et la mener à son terme : en premier lieu les plus hautes autorités de l'Etat, qui doivent fixer le cap, et établir les règles du déploiement. Puis un groupe de responsables mandatés par le gouvernement, qui aurait pour rôle de gérer la mise en place des infrastructures. Enfin, des équipes au sein de structures publiques subdivisées à l'intérieur du territoire, pour prolonger les services gouvernementaux à l'échelle locale. Le tout, suivant trois axes principaux.
S'assurer de l'accessibilité du service
D'abord le développement de l'infrastructure physique, ensuite l'implémentation de programmes permettant d'accéder aux services dans les nuages. Puis la vérification préalable que ces derniers sont bien accessibles à tous les citoyens, et faciles à utiliser. A noter que techniquement, les chercheurs expliquent dans leur rapport qu'une telle infrastructure peut être implémentée suivant les modèles d'architecture orientée services (SOA) et CMMS. La première, combinée avec l'informatique dans les nuages, offrant une grande flexibilité et permettant d'élargir l'offre à tous les citoyens. Quant au second modèle, il s'agit de la gestion de maintenance assistée par ordinateur (CMMS), qui permet d'assurer ou de rétablir la qualité d'un service.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas