En Inde, la libéralisation du Wimax tarde

Par 06 mars 2009 1 commentaire

Les fréquences nécessaires au déploiement du Wimax ne sont pas ouvertes aux entreprises privées. Un manque d'ouverture qui pénalisera les finances du gouvernement indien.

Le gouvernement indien a retardé l'allocation aux opérateurs privés des spectres de fréquence utiles aux communications sans-fil Wimax. Pour mémoire, le Wimax aux appareils de se connecter au web à haut-débit, avec une couverture de plusieurs dizaine de kilomètres de l'. Un retard qui fait perdre à l'industrie des télécoms du sous-continent près de 3 milliards de dollars par an d'après C. S. Rao, directeur de Wimax Intel et de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Inde. "Un manque à gagner pour l'état indien de près de 13 milliards de dollars d'ici 2012" ajoute-t-il. Comme exemple de manque à gagner, l'Assocham prend la perte sur les taxes liées aux produits des opérateurs et celles qui auraient pu être appliqués aux combinés Wimax.
Un décalage entre l'offre et la demande
La plupart seront en effet importés. Selon l'association l'Inde pourrait compter en 2012 près de 28 millions d'utilisateurs de Wimax. Dont 19 millions seront des souscripteurs aux services et des appareils de l'Internet mobile haut débit. Et à l'heure actuelle, le seul opérateur ayant accès au spectre est Bharat Sanchar Nigan, un opérateur détenu par l'état. Malheureusement, il ne peut ouvrir que 10 millions de comptes à lui tout seul. Une paille au regard de la population indienne (plus de 1,1 milliard d'habitants). Les opérateurs privés demandent l'ouverture des enchères pour les fréquences 2,5/2,3 GHz, avec une allocation de 30 Mhz chacun.
Une technologie mobile moins coûteuse pour les opérateurs
Une bande suffisamment large selon eux pour commercialiser un service de qualité à l'utilisateur. L'Assocham précise que les opérateurs pourront très vite développer de nouveaux modèles commerciaux. Le prix d'enchère de ces fréquences est traditionnellement quatre à cinq fois moins cher que celui des réseaux 3G : l'amortissement est donc plus court. Les opérateurs privés demandes en sus à être exonérés des taxes d'exploitations afin de favoriser la diffusion du réseau.

Haut de page

1 Commentaire

je suis très cool de voir l'entierté
de votre site d'atelier,je sais pas quoi faire pour apprendre lme réseu dans votre site,je suis étudiant en réseau informatique ;je suis congolais dela RDC

Soumis par ntabuzi (non vérifié) - le 25 juin 2009 à 11h51

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas