Industrie logicielle : une tendance remarquée à la concentration

Par 30 décembre 2003
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Il y a eu l'acquisition de J.D. Edwards par PeopleSoft, celle de 3721 Network Software par Yahoo ! ou encore celle, récente, de Sistina Software par Red Hat. Décidément, la tendance dans ...

Il y a eu l’acquisition de J.D. Edwards par PeopleSoft, celle de 3721 Network Software par Yahoo ! ou encore celle, récente, de Sistina Software par Red Hat. Décidément, la tendance dans l’industrie logicielle est à la concentration. Le paysage de celle-ci a effectivement évolué, les entreprises ayant été très actives cette année sur le front des fusions-acquisitions.

A titre de comparaison, le nombre de rapprochements en 2002 était de 200 par trimestre; en 2003, ce chiffre passe à 250, selon l’entreprise de capital-investissement Montgomery & Company. En 2004, cette tendance devrait se confirmer : l’industrie logicielle comptera moins d’acteurs certes, mais des acteurs plus importants.

Quels sont les moteurs de cette tendance à la concentration ? Pour certains, l’objectif est de gagner un accès à des clients issus de secteurs d’activité auxquels ils n’avaient pas accès; c’est le cas de Peoplesoft par exemple. Pour d’autres, il s’agit de prendre pied sur un nouveau marché, comme l’a fait Yahoo !, qui s’est introduit en Chine par l’intermédiaire de 3721 Network Software. Quelque soit le moteur, il est certain que l’acquisition est souvent finalement moins coûteuse que la conquête de nouveaux marchés.

Enfin, la dernière raison de cette vague de fusions-acquisitions est que les consommateurs hésitent à acheter des logiciels à des entreprises de petite taille, de peur qu’elles ne disparaissent et n’offrent plus de service après-vente. La taille plus importante des entreprises de l’industrie logicielle est donc devenue un facteur de réussite et la concentration un plan de sauvetage des plus petits acteurs du marché.

( Atelier groupe BNP Paribas – 30/12/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas