Industrie musicale : l’échange de fichiers NON, le téléchargement de sonneries OUI !

Par 28 mai 2004
Mots-clés : Future of Retail, Europe

L’industrie musicale explique la chute de la vente de disques par le téléchargement de musique en ligne. Soit. Cette opinion implique que les nouvelles technologies, d’une certaine façon, cause...

L’industrie musicale explique la chute de la vente de disques par le téléchargement de musique en ligne. Soit. Cette opinion implique que les nouvelles technologies, d’une certaine façon, causent la perte des majors, des artistes, de la culture, etc. Or, parfois, il arrive que les nouvelles technologies fassent gagner beaucoup d’argent à l’industrie musicale…

Des technologies comme le téléphone portable, par exemple, dont la majorité des modèles permet aujourd’hui de télécharger des sonneries musicales… reprenant les titres d’artistes en vogue et rapportant beaucoup d’argent aux maisons de disque. Le cabinet londonien Informa remarque dans un rapport que les services légaux de téléchargement en ligne ont tendance à revoir leurs prix à la baisse, à mesure que la concurrence s’accroît.

En ce qui concerne les sonneries de portables, la tendance n’est pas du tout la même. Il s’avère en effet que leur prix n’a pas du tout baissé ; il augmenterait même. Au départ, la vente de sonneries monophoniques puis polyphoniques rapportait de l’argent aux artistes, aux musiciens, et laissait hors circuit les labels.

Seulement, avec l’arrivée des sonneries hi-fi – qui en sont encore en France à leurs balbutiements – les maisons de disque comptent bien réclamer leur part du gâteau. La différence entre ces nouvelles sonneries et celles de la génération précédente, c’est qu’elles reprennent un extrait de chanson d’artiste enregistrée en studio. Et là, l’industrie est en mesure de demander le paiement de droits sur les musiques vendues.

Les sonneries de portable sont devenues un business non négligeable, qui selon Informa pèsera 5 milliards de dollars en 2007, contre 3 milliards en 2003. Aujourd’hui, il faut savoir que l’achat d’une sonnerie de qualité hi-fi coûte entre 1,38 dollars (prix facturé par F1-Live, en Belgique) et 7,35 dollars (prix pratiqué par T-Mobile, au Royaume-Uni).

(Atelier groupe BNP Paribas - 28/05/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas