Pour informer, le web doit encore prouver sa légitimité

Par 21 septembre 2009 1 commentaire
Mots-clés : Future of Retail

Le First Amendment Center annonce qu'une majorité des Américains considère que les médias traditionnels restent une source d'information plus fiable et indépendante que le web.

Malgré la forte progression des médias sur Internet, les Américains leur préfèrent encore souvent les médias traditionnels. Voilà la conclusion d'une étude menée par le First Amendment Center. Selon lui, près des trois quarts des personnes interrogées considèrent la télévision et les journaux comme leur première source d’information, loin devant Internet. Qui ne concentre que 15 % d’adeptes. La raison ? La majeure partie des Américains interrogés considère qu’une presse ayant du pouvoir est un garde fou efficace pour limiter le contrôle gouvernemental de l’information. Et ils accordent à ce titre plus de crédits aux médias traditionnels pour ce qui est de garantir le respect du premier amendement. D’après le First Amendment Center, 70 % de sondés doutent qu’Internet en fasse de même.
Des tendances paradoxales
Cependant la moitié d’entre eux estime que la presse écrite et télévisuelle manque d’impartialité. "Ce sont des tendances assez surprenante et paradoxales", estime Johan Hufnagel, co-fondateur et rédacteur en chef du site d’information Slate.fr. "Internet reste un moyen d’expression et d’échange démocratique et qui souffre beaucoup moins de restriction que la presse traditionnelle". Cette frilosité se ressent du coup également vis-à-vis des médias dits sociaux comme Twitter. Rares sont ceux qui les considèrent comme une source fiable (seulement 3 %). "Tout est dans le choix de ses informateurs", ajoute pour L’Atelier Johan Hufnagel.
« une plateforme encore récente »
"Les liens proposés sur Twitter ou Facebook sont d’autant plus captivants que ce sont des personnes appartenant à un réseau personnel, la plupart des contacts en qui nous avons confiance". Reste que cette attitude ne concerne pas toutes les générations. Les 18-35 ans sont deux fois plus nombreux que les catégories plus âgées à accorder leur confiance aux sites Internet d'information et de microblogging. "Le problème est que la plupart des consommateurs ont une utilisation rudimentaire d’Internet", commente Johan Hufnagel. "Les utilisateurs de réseaux sociaux représentent en définitive une communauté assez mince par rapport au nombre d’internautes. Et le média social est encore une plateforme récente pour les lecteurs".

Haut de page

1 Commentaire

Quant je lis ce type de propos les bras m'en tombent ! C'est un sondeur payé par les médias papier; tellement ses propos sont en contradiction flagrante avec l'évolution à laquelle on assiste.
Les journaux papier se ramassent à la pelle aux USA, alors comment croire de telles sornettes ?
CordialementJe suis d'accord avec vous, mais il ne faut pas confondre réussite économique et confiance dans le contenu. Les journaux tombent surtout parce que leurs structures de coûts sont devenus inadaptées.
Bien cordialement,
Renaud Edouard-Baraud

Soumis par da luz (non vérifié) - le 21 septembre 2009 à 21h12

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas