Les infrastructures dans les nuages fonctionnent mieux avec un tiers

Par 05 juillet 2010 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working, Afrique

Afin de simplifier l'utilisation des ressources du cloud par les organisations qui ont besoin d'importantes capacités de calcul, l'université de Victoria propose d'ajouter un planificateur des tâches à la chaîne.

Pour les équipes scientifiques qui ont besoin d'importantes capacités de calculs pour leurs travaux, les infrastructures dans les nuages (IaaS) représentent une solution. A condition d'en simplifier l'utilisation, précisent toutefois des chercheurs de l'université canadienne de Victoria. Comment ? En passant par un intermédiaire. Ils ont élaboré un système servant d'une part d'interface entre l'utilisateur et l'ensemble de l'infrastructure - et surtout de planificateur de tâches. "Si nous avons développé un système de gestion des ressources de cloud computing, c'est pour permettre aux scientifiques de déployer de façon simple et transparente leurs applications dans les nuages", souligne l'équipe de chercheurs.
Une liste de commandes à effectuer
Dans les faits, l'utilisateur entre dans le planificateur de tâches ("Job Scheduler") une liste de commandes à effectuer, écrite en script. Chaque tâche est alors transmise à un module de gestion de l'infrastructure (baptisé de "Cloud Scheduler"), qui est chargé de repérer les machines virtuelles disponibles dans le cloud, et de distribuer les tâches en fonction. Une fois que ces dernières ont toutes été traitées, c'est-à-dire une fois que le planificateur de tâches est vide - le module peut désactiver les machines virtuelles.
Des applications en astronomie et en physique des particules
"La mise en place du planificateur de tâches simplifie la gestion des machines virtuelles et trouve des applications dans des domaines tels que l'astronomie ou la physique des particules", précisent les scientifiques. Des tests ont en effet été effectués pour ces secteurs d'activité, et se sont avérés concluants. A noter que l'intégration dans les infrastructures du cloud (IaaS) de tels planificateurs se justifie surtout pour des programmes scientifiques nécessitant une gestion particulièrement complexe des ressources du cloud.

Haut de page

1 Commentaire

La solution, proposée par l'université Victoria, consiste à utiliser un Cloud pour faire du Grid. Je ne vois pas l’intérêt !

Soumis par Maslintcho (non vérifié) - le 05 juillet 2010 à 12h20

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas