Initialement réservés aux militaires, les satellites d'observation de la

Par 18 mars 1998

Terre gagnent peu à peu les applications civiles. Ces satellites restent toujours des objets très sophistiqués et très coûteux à fabriquer, entre 2 et 3 milliards de F. Limité pour l'instant à quel...

Terre gagnent peu à peu les applications civiles.
Ces satellites restent toujours des objets très sophistiqués et très
coûteux à fabriquer, entre 2 et 3 milliards de F. Limité pour l'instant à
quelques centaines de millions de F, ce marché pourrait quintupler d'ici à
la fin du siècle. Ayant une longue expérience de la télédétection
spatiale, Américains et Russes sont prêts à se lancer. Le quatrième
satellite de la série Spot, mis en orbite à la fin de la semaine depuis
Kourou, emportera un capteur spécifique chargé d'une mission nouvelle :
télésurveillant de l'agriculture et de l'environnement.
° le satellite Spot 4 observera les productions agricoles à 800 km
d'altitude.
° Une expérience pilote de traitement d'images satellitaires permet à la
Picardie d'évaluer sa façade littorale.
° L'IGN Espace de Toulouse traite les images du satellite d'observation
Spot.
° Météosat est le plus connu et le plus populaire des satellites. Les
Météosat de nouvelle génération assureront sa relève à partir de 2000
jusqu'en 2012.
° Météo-France développe également des services personnalisées pour les
entreprises.
° Le satellite océanographique franco-américain Topex-Poséidon participe à
l'étude d'El Nino.
° Les militaires sont depuis quarante ans les champions de l'observation
spatiale. La définition des satellites américains Keyhole est proche de 5
cm.
(Dossier de quatre pages - Les Echos - 18/03/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas