L'innovation a encore besoin de se structurer en France

Par 30 août 2012
Mots-clés : Smart city, structure, Europe
mécanisme dessin

La France sera-t-elle compétitive dans le domaine des technologies sur la scène internationale en 2030? Et en 2050? A condition bien sûr de développer ses atouts compétitifs, en tenant compte de l'aspect durable et en jouant sur la transversalité.

Comment parvenir à rendre les secteurs de l'énergie, des transports et du bâtiment compétitifs grâce aux technologies dans les prochaines décennies? C'est la réflexion qui a été menée par le centre d'analyse stratégique du gouvernement français en prenant également l'aspect du développement durable en ligne de compte en tant que levier de croissance économique, de préservation de l'environnement et de progrès social. Après avoir passé en revue le stade actuel de maturité des différentes technologies dans ces trois secteurs et leurs conditions de développement à l'international à moyen-terme - 2030 - et long-terme - 2050 - le rapport tire un enseignement. La prospective technologique reste très émiettée en France rendant difficile à la fois une approche systémique pourtant indispensable, et la définition des priorités sur des bases solides. Le rapport a publié quatre propositions concrètes permettant à la France de développer ses atouts compétitifs dans des technologies au service du développement durable.

Les quatre propositions

Pour réaliser ces objectifs, le centre d'analyse recommande premièrement de ne pas brûler les étapes en respecter le cycle de maturité technique et économique d'une innovation technologique, et d'étudier sa capacité d'intégration dans les systèmes existants. Il faut également avoir une bonne connaissance des forces et faiblesses de l'écosystème de la recherche et du tissu industriel français.Deuxièmement, il faudrait encourager le déploiement des énergies renouvelables compétitives dans le domaine de la production d’électricité, et privilégier celles dont le coût de production serait supérieur à un seuil à déterminer. Troisième proposition, afin de bénéficier d’énergies locales à moindre coût, le rapport suggère d'étendre le concept de bâtiment à énergie positive à un ensemble plus large, l’îlot ou le quartier. Enfin, investir dans des technologies transverses permettrait de produire des avancées déterminantes.

Jouer sur la transversalité pour décloisonner

Quelles technologies seront déterminantes dans les prochaines décennies pour promouvoir le développement durable et favoriser la croissance économique de la France ? La mission en a identifié plusieurs qui interviennent de façon constante dans les trois grands secteurs étudiés : la métrologie (techniques de mesure), les nanotechnologies, la régulation et le contrôle commande, le réseau domiciliaire (bâtiment) et les technologies de l'information et de la communication. Ainsi, réduire la consommation d'énergie et les effets de notre vie sur l'environnement ne reposerait pas uniquement sur l'apport des technologies et leur intégration. Les organisations des secteurs de l'énergie, du bâtiment et des transports ont besoin d'innovations structurelles. Dans le domaine du bâtiment par exemple, chaque filière - que ce soit de la construction, de l'exploitation ou de la maintenance - ne doit pas être cloisonnée.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas