L’innovation bientôt au cœur du e-commerce ?

Par 23 septembre 2010
Caddie sur une touche

Le salon du e-commerce, Porte de Versailles. Un vrai salon. On pourrait même dire “le salon par excellence”. Avec un hall subdivisé en trois espaces principaux, tant il est vaste : digital marketing, logistique, et enfin technologies et services e-commerce. Où en sont les marketeurs, les e-commerçants, les professionnels de la vente en ligne ? Eh bien, ils commencent à s’interroger véritablement sur le rôle à jouer dans les médias sociaux. Alban Peltier de Looneo.fr explique comment créer des espaces collaboratifs sur son propre site Internet, tout en avertissant ses auditeurs : “n’allez pas sur les réseaux sociaux si vous n’avez rien à y faire !”. Il ajoute : “chercher à construire une communauté sans définir en amont une stratégie de community management, c’est l’échec assuré”. Les médias sociaux nécessitent donc que l’on prenne le temps de savoir quels contenus la marque souhaite diffuser, et comment elle compte s’y prendre. C’est en ce sens que va également Patrice Martin : “aujourd’hui, il faut savoir négocier la ‘part du cerveau disponible’”, explique-t-il. Les cartes sont redistribuées. On ne peut considérer les internautes comme des cibles. Il faut parler de “publics”. Le “contenu” remplace le “message”. Le “temps réel” la “planification”. Il faut étonner et non plus reproduire.

Le e-commerce en 2010, c’est aussi l’utilisation par les e-commerçants des tablettes tactiles. Pour Olivier Marx, de Altics, l’iPad offre une expérience tout à fait nouvelle, qu’il faut savoir optimiser. En clair, les contenus proposés sur les tablettes doivent être conçus spécifiquement pour elles. Et doivent être parfaitement adaptés. Et de fait : les e-catalogues peuvent proposer des images plus grandes, ce qui augmente le taux de conversion. Le mieux est d’intégrer dans l’application catalogue - téléchargée sur la tablette - un lien vers le site pour passer à l’achat immédiatement. “L’utilisateur ne doit pas subir de rupture dans son processus d’achat”. Si cette condition est remplie, les avantages sont nombreux. “Quand on a un iPad, on est plus détendu, et donc plus disposé à acheter”, souligne le spécialiste, en parlant des consommateurs.
Les acteurs du e-commerce s’interrogent aussi sur les possibilités offertes par le m-marketing - le marketing sur mobile. Rien de bien nouveau, mais la machine est en marche. On parle de coupons virtuels, de promotions individualisées, de bons sur mobile.

Bilan des courses. Pas mal de changements en cours, mais le mouvement demeure progressif. Et l’on peut noter que l’espace “innovation” du salon ne contenait pas un nombre colossal de stands. Malheureusement, car la réalité augmentée, les systèmes de eye tracking, le marketing géolocalisé - que sais-je encore ? - pourraient apporter beaucoup aux e-commerçants.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas