L’innovation durable nécessite de repenser la gestion des projets et des partenariats

Par 10 juin 2013 1 commentaire
durable

Economie sociale et solidaire, économie circulaire, économie de fonctionnalité ou encore collaborative sont autant de solutions qui pour accèder à l’innovation durable doivent être cumulées.

Si 73% des dirigeants d’entreprises affirment que l’innovation durable, donc socialement responsable, est une priorité stratégique, ils trouvent également cette notion fortement déstabilisante. C’est en effet ce que dévoile l’étude Innovation Durable, menée conjointement par le cabinet de conseil Weave Air et l’ESCP. Déstabilisante, pourquoi ? Car pour les 300 dirigeants des grandes firmes internationales interrogés, cette innovation implique un décloisonnement des fonctions traditionnelles de l’entreprise qui rend son portage organisationnel difficile. Pour y parvenir, l’étude met en valeur quatre stratégies et modes d’organisation.

Quelles stratégies à adopter pour intégrer l’innovation durable ?

En premier lieu, l’étude insiste sur la nécessité de simplifier l’enjeu en se focalisant sur une initiative, un projet temporaire, à l’instar du projet Ductal, un béton ultra performant lancé par La Farge. Ce produit permet à la Farge de se positionner sur un créneau particulier sans pour autant bouleverser son métier d’origine. Deuxièmement, il serait nécessaire de réunir en un seul plusieurs projets innovants qui se lient plus ou moins entre eux. En troisième lieu, créer de nouvelles marques et de divisions peut être intéressant, comme l’a fait Générali, l’assureur qui a créé le label Agir pour notre avenir afin de valoriser les entreprises les plus performantes en matière de prévention des risques et de responsabilité sociétale. Enfin, l’étude rappelle qu’innover implique de nouer des liens forts avec ses partenaires, en effectuant des acquisitions externes ou bien en créant des fonds d’investissements, à l’image de SNCF qui a financé plusieurs fonds de mobilité durable.

Comment faire émerger des écosystèmes d’innovation durable ?

« Les pratiques du développement durable concernent tous les secteurs de l’entreprise et pas seulement les spécialistes » rappelle Françoise Combelles, directrice de l’innovation et du développement durable de la RATP. D’après cette étude, il est d’autant plus important de décloisonner les départements internes du marketing, au top managers en passant par le R&D, que de mobiliser les acteurs externes, comme les fournisseurs, les partenaires et les clients. « D’où la nécessité d’utiliser au maximum l’intelligence collective et d’interconnecter des différents acteurs dans l’innovation durable », commente le professeur Olivier Delbard, l’un des auteurs de cette étude.

Haut de page

1 Commentaire

La transversalité du caractère soutenable de l'activité économique de tous les intervenants (entreprises, associations et collectivités locales) est à construire en s'appuyant et dépassant l'actuelle organisation classique en silos, héritée du cartésianisme et du taylorisme.
Pour y atteindre il est facilitant de modifier les représentations mentales, comme le fait la réflexion "nouveaux business modèles"
Dans l'activité économique, le mode central de représentation c'est la comptabilité, normé et normatif.
C'est une citadelle de la pensée qui phagocyte tout, voir par exemple la tendance actuelle de la croissance verte à tout monétiser pour faire marché de tout.
Depuis 2007 au sein du club Développement durable du conseil supérieur de l'ordre des experts comptables, j'ai modestement reconstruit un processus comptable apprenant, calé sur la coconstruction avec les parties prenantes pertinentes, et qui promeut l'action soutenable en mode projet dans tous les compartiments (gouvernance, social, sociétal, environnemental, économique)
Prendre connaissance du bébé: "Manifeste pour la Comptabilité Universelle" L'Harmattan 2012, collectif d'auteurs Schoun, Veillard, De Saint Front et De Saint Front
Je propose de faire le lien entre les représentations et les actions, et j'y travaille à Orée, au Club Economie de la Fonctionnalité, à l'Institut de l'économie circulaire et à l'Institut pour la Monétarisation.
Il est temps de modifier la comptabilité pour soutenir la conversion écologique, et un itinéraire à créer pour ce faire c'est de poser les règles comptables qui soutiennent les nouveaux business, appuyées sur des approches juridiques novatrices (usus supplantant abusus!)
A disposition pour synergies de chercheurs !

Soumis par veillami@wanadoo.fr - le 16 juin 2013 à 09h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas