L'innovation technologique, frein pour l'équité sociale?

Par 19 février 2013 2 commentaires
équité

Le rythme accéléré de l'innovation technologique, accompagné de l'émergence du Big Data, aurait de larges conséquences économiques et sociales sur l'économie mondiale.

L'explosion actuelle de l’innovation technologique est en train d'inventer un tout nouveau type d'économie : en effet, les nouvelles technologies sont clairement le moteur de la croissance économique et d’une productivité plus grande. Cependant, la répartition de ces avantages est biaisée de façon inquiétante. Dans son rapport, David Bollier, (auteur et consultant en économie, politque et culture) répond à la préoccupation croissante concernant le déplacement technologique des emplois, la stagnation des revenus de la classe moyenne, et les disparités de richesse. Il examine également les innovations de pointe dans l’écosystème de données personnelles, qui pourraient débloquer une vague d'émancipation économique individuelle.

Déséquilibre entre rythme de l’innovation et capacité d’adaptation

Paradoxalement, l'un des obstacles les plus puissants de l'innovation est l'accélération du rythme de l'innovation elle-même. Une question clé ici n'est pas seulement le déplacement des emplois de la classe moyenne, mais la rapidité avec laquelle ils se sont déplacés et donc l'incapacité de la société et de l'économie à s'adapter. La révolution industrielle a connu une transformation semblable, les anciens emplois ayant été détruits pour en créer de nouveaux, mais cette transformation s'est produite sur une plusieurs générations. Actuellement, institutions et pratiques sociales ne peuvent pas suivre le rythme des vagues incessantes des nouvelles technologies. Car en effet, aujourd'hui, nos compétences deviennent obsolètes en cinq ans alors que des changements perturbateurs se produisent dix fois ou plus au cours d'une seule génération. C’est donc dans ce grave déséquilibre que réside le problème. Notre société n'est pas prête pour ce genre de rythme du changement hyper-accéléré car elle ne possède ni les politiques ni les organisations sociales pouvant y faire face.

La « courbe en cloche » remplacée par une courbe croissante

La distribution de la richesse et des revenus ne ressemble plus à une «courbe en cloche» familière dans laquelle la plus grande partie des richesses revient à une large classe moyenne. Au lieu de cela, l'économie actuelle semble produire une courbe ascendante de distribution, parfois connue sous le nom d’économie de « winner-take-all » (ou économie Star System, dans lequel le gagnant prend tout). Dans cette nouvelle économie technologiquement accélérée, la richesse se concentre de plus en plus dans les mains de quelques-uns plutôt que de se répandre à travers l'ensemble de la population. Si cette nouvelle courbe de distribution devient la nouvelle norme économique, il pourrait en résulter une plus grande polarisation de la société. Pour David Bollier, un des développements les plus importants affectant l'innovation est l’arrivée massive des grandes bases de données de renseignements personnels. D’après lui, le « Big Data » est en train de devenir un élément beaucoup plus central de la nouvelle économie.

Haut de page

2 Commentaires

Effectivement, avec Internet nous vivons une rupture de civilisation donc les impacts seront probablement assi fort que l'invention de l'écriture ou de l'imprimerie. Cette rupture s'accompagne de déséquilibres sociaux, mais il ne faut pas trop en accuser l'innovation. En informatique, les innovations sont très rapidement copiées et se traduisent très rapidement pas des basses des coûts qui profitent à tout le monde. A ce titre les logiciels libres montrent une voie de changement qui semble intéressante.
Les déséquilibres sociaux viennent plutôt des modes d'organisation politiques et financiers. Dans ce domaine, les forces de résistance au changement sont importantes et tout ce qui peut empêcher le changement est bon à prendre des personnes qui doivent leur succès à un ancien système.

Soumis par Pascall (non vérifié) - le 19 février 2013 à 20h21

Le fait de promouvoir le refus de la protection intellectuelle essentielle en informatique est un facteur d'abaissement de la créativité. En effet la copie est bien inférieure à l'original et en conséquence diminue la croissance créative.

Soumis par opuy@hotmail.fr - le 20 février 2013 à 09h46

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas