Pour innover, le Brésil combine investissement privé et public

Par 15 juillet 2009

Le pays va investir de fortes sommes dans l'innovation technologique d'ici 2010. Pour cela, le gouvernement privilégie le partenariat privé/public, le plus à même de stimuler la compétitivité et créer des emplois, explique-t-il.

Le gouvernement brésilien a annoncé, via son Secretariat for Social Communication (SECOM) qu'il s'attendait pour 2010 à un investissement global dans la recherche et l'innovation de 1,5 % du produit intérieur brut. Si l'on se fonde sur les chiffres de l'année 2008, cela correspond à près de 16 milliards d'euros. Fait intéressant : l'investissement commun - privé et public - est la stratégie choisie par le pays pour développer ce secteur. Les entreprises privées participeront ainsi pour moitié à cet effort financier, à hauteur de 0,65 % du PIB. "Nous sommes engagés à encourager et renforcer le partenariat entre académies et entreprises. Cela stimulera le développement technologique régional, augmentera la compétitivité des affaires et contribuera à la création d'emploi", explique Guilherme Henrique Pereira, secrétaire de Technological Development and Innovation, Ministry of Science and Technology (MCT).
Le rôle de l'Innovation Law
L'objectif : combiner les forces de ces deux mondes, pour stimuler l'innovation à travers le pays. A cet effet, plusieurs initiatives ont déjà été mises en place. La loi Innovation Law, par exemple, vise à promouvoir la coopération entre les deux secteurs, en fournissant des aides financières aux projets communs. Son but : encourager le partage de ressources et de capitaux. Adoptée au terme d'un échange entre les institutions, les entrepreneurs, les universités et les centres de recherche, elle est notamment implémentée dans l'état de Santa Catarina depuis juin dernier. La banque de développement publique fédérale BNDES représente une autre forme d'aide.
L'importance de la BNDES
"Notre institution possède une série de programmes pour contribuer au développement de l'industrie IT", explique Luciano Coutinho, président de l'organisme. Ici, il s'agit d'étendre la participation du secteur privé dans le marché, de promouvoir l'exportation, de favoriser l'internationalisation des entreprises. Et de renforcer les opérations des multinationales qui développent des technologies au Brésil ou utilisent le pays comme plate-forme d'exportation. Pour cela, la BNDES prévoit entre 2008 et 2010 d'investir 2 milliards d'euros. Mais également de continuer à financer la BNDES Card, qui facilite le crédit aux PME.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas