L’intelligence artificielle, indispensable à l’automobile du futur

Par 22 février 2016
Une voiture connectée du constructeur Tesla Motors.

Face à la multiplication des fonctions offertes par les véhicules connectés, l’assistant virtuel s’impose comme un copilote indispensable. A plus long terme, l’intelligence artificielle permettra la mise en place de véhicules autonomes.

Les voitures autonomes font aujourd’hui couler beaucoup d’encre, mais dans ce domaine l’avenir demeure encore incertain. Quand seront-elles autorisées à sillonner les routes, hors phases de test ? A quand leur adoption massive ? 2020, 2030, 2050 ? La transition se fera en tout cas par étapes (on en dénombre communément quatre), et commence avec l’avènement du véhicule connecté, que nous connaissons déjà aujourd’hui. Celui-ci communique avec son chauffeur, l’informe sur les différents indicateurs du véhicule (niveau d’huile et du liquide de refroidissement, état des plaquettes de frein, etc), les conditions météorologiques, l’assiste dans sa conduite, lui permet d’accéder à l’Internet pour consulter l’actualité, passer en revue son fil Twitter ou encore lancer une liste de lecture sur Spotify. Mais ces nouvelles options requièrent une certaine attention de la part du chauffeur, et risquent de détourner son attention de la route. Comment concilier la richesse des services offerts par les véhicules connectés et la sécurité routière ? « Comme la voiture connectée apporte son lot de distractions, l’assistant virtuel est, dans ce domaine, particulièrement nécessaire. » affirme Ron Di Carlantonio, CEO d’iNAGO, entreprise pionnière en matière d’intelligence artificielle. 

Contrôler son véhicule de manière intuitive

L’assistant virtuel donne l’accès aux différentes fonctions offertes par le véhicule connecté à l’aide de commandes vocales, permettant ainsi de ne pas détacher les yeux de la route. Mais pas seulement : « L’assistant virtuel permet de contrôler son véhicule de manière parfaitement naturelle et intuitive, à l’aide d’un mélange de commandes vocales et de gestes. Il peut également interpréter les expressions faciales du conducteur. » explique Ron Di Carlantonio. « En plus d’exercer un empire total sur son véhicule, l’assistant virtuel permet aussi de recevoir les bonnes informations au bon moment, d’offrir du contenu et des services. » Il peut ainsi chercher une adresse pour le conducteur, repérer les places de parking disponibles dans les environs, ou encore lui rappeler son agenda de la journée. Entreprise canadienne à l’origine, iNAGO s’est implantée au Japon au début des années 2000. Elle y a créé des intelligences artificielles offrant différents types de services : opérateurs téléphoniques pour centres d’appels ou services clients, professeurs virtuels pour apprendre l’anglais aux enfants, et, bien sûr, assistants pour la conduite. Travaillant de longue date avec plusieurs constructeurs automobiles japonais, ils se sont lancés l’an passé sur le marché nord-américain. 

Intelligence artificielle et voitures autonomes

L’intelligence artificielle sera également une composante primordiale des futurs véhicules autonomes. « Les véhicules autonomes seront capables, grâce au deep learning de brasser d’immenses quantités de données, de déterminer ainsi quels types de situations produisent généralement un accident, et ainsi de réagir lorsqu’une situation similaire se présente. » affirme Ron Di Carlantonio. « Les ordinateurs ont plusieurs avantages sur les humains, qui les rendent meilleurs conducteurs : ils disposent de davantage de capteurs, voient mieux, ne sont pas sujets aux émotions, ne sont jamais distraits… Mais nous sommes bien meilleurs qu’eux lorsque nous sommes confrontés à une situation inédite. Ainsi, pour que les véhicules deviennent parfaitement autonomes, les ordinateurs doivent devenir capables de réagir face à l’inconnu, d’adopter la bonne attitude face à une situation pour laquelle ils n’ont pas été programmés. » Ce qui signifie construire des ordinateurs capables de s’émanciper, et donc d’échapper à notre contrôle… un scénario effrayant ?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas