L’intelligence artificielle se fond dans le décor

Par 06 janvier 2017
Intelligence Artificielle - Nvidia

À l’occasion du CES, le CEO de Nvidia a annoncé l’arrivée sur le marché de nouveaux assistants virtuels, pleinement intégrés dans l’environnement des utilisateurs.

Né en 1967, le Consumer Electronics Show (CES), le plus grand salon dédié à l’innovation technologique en électronique grand public, a bien évolué. Il se veut aujourd’hui un espace privilégié où toutes sortes d’innovations, des plus farfelues aux plus prometteuses, se dévoilent tour à tour et rencontrent leur marché. Théâtre d’annonces en grande pompe, le CES a notamment accueilli le CEO de Nvidia, Jen-Hsun Huang, pour une intervention digne des shows de Las Vegas, ville qui héberge chaque année le CES. Nvidia, peu connue du consommateur final, joue pourtant sur de nombreux fronts. Des jeux vidéos à la recherche sur le cancer, en passant par la voiture autonome, les cartes et processeurs graphiques de l’entreprise californienne permettent aux ordinateurs de résoudre des problèmes jusqu’alors jugés trop complexes.

Au coeur de la machine Nvidia, l’intelligence artificielle. Cependant, le fournisseur américain souhaite que celle-ci soit naturellement intégrée à l’environnement de l’utilisateur. Comme l’a précisé Jen-Hsun Huang, « pourquoi limiter l’assistant virtuel à un appareil », quand ce dernier peut être entièrement fondu dans le décor ?

Nvidia s’est ainsi rapprochée de Google pour produire la première télévision intégrant l’assistant de la firme de Moutain View, OK Google. « Vous pouvez contrôler votre télévision en vous adressant à elle en langage naturel », a expliqué Jen Hsun Huang. Poursuivant sa route, Nvidia a même développé Nvidia Spot, un petit appareil qui s’intègre aux murs d’une pièce et permet à l’assistant d’être présent dans toute la maison. Plus besoin de transporter son OK Google avec soi, il suffit de « converser avec la maison » lorsqu’on souhaite fermer ses volets, éteindre la lumière ou encore commander un taxi.

Nvidia invite également l’assistant virtuel dans l’habitacle de la voiture autonome. Pourvu de capteurs extérieurs, le véhicule autonome a pleinement conscience de ce qui l’entoure et a même la capacité, grâce au machine learning, de prédire des évènements futurs. À cela, Nvidia propose d’ajouter des capteurs en intérieur. S’appuyant sur la technologie d’eye-tracking notamment, ces capteurs intérieurs combinés aux capteurs placés à l’extérieur, permettent au conducteur d’éviter les moments de distraction et d’anticiper les dangers. En dotant le véhicule autonome d’un « co-pilote boosté à l’intelligence artificielle, engagé auprès du conducteur », Jen-Hsun Huang pousse la vision du véhicule autonome au delà du statut de simple véhicule intelligent.

En somme, Nvidia nous présente un futur à portée de main, où l’appareil en tant que médium n’existe plus mais où l’interaction homme - machine s’établit de manière naturelle au sein d’un environnement pré-établi.

Crédits photos Nvidia - L’Atelier BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas