L’interaction humain-robot au cœur de la stratégie d’Amazon

Par 15 juillet 2015
industrie 4.0

Un nouvel entrepôt du géant du e-commerce Amazon est à la pointe des technologies relatives aux robots. L’entreprise pousse en effet les limites des interactions entre les humains et les robots.

La société Amazon ne cesse de faire des progrès dans la gestion, déjà millimétrée, de ses entrepôts. Car si Amazon est souvent associée, à juste titre, à une entreprise technologique du web (membre des GAFA), son succès repose avant tout sur une logistique inédite et ultra-performante, problèmatique à laquelle s'est attelé Jeff Bezos en créant l’entreprise. Au mois de mai dernier, l’entreprise avait à ce titre organisé un hackathon où les participants étaient des robots devant accomplir des tâches spécifiques dans l’entrepôt, comme par exemple le déplacement d’objets. Cette fois-ci, c'est un des entrepôts d’Amazon, situé dans la petite ville de Robbinsville dans le New Jersey, qui dévoile au grand jour ce que la collaboration entre humains et robots peut donner dans la gestion de marchandises. En effet, cet entrepôt est une fenêtre de ce à quoi pourrait ressembler le futur de la collaboration entre l’homme et la technologie.

Des étagères automatisées

L’entrepôt est rempli d’étagères contenant les produits proposés par Amazon. Avant, les employés devaient à chaque nouvelle commande se rendre à l’étagère et prendre le produit correspondant. L’entreprise a maintenant mis en place des robots en dessous des étagères qui, synchronisés aux nouvelles commandes et aux nouveaux stocks arrivants, déplacent les étagères jusqu’aux employés pour qu’ils retirent ou remplacent les produits. Aussi, les robots sont programmés pour placer les étagères aux endroits correspondants parfaitement à leur taille, donnant un gain d’espace véritable à l’entrepôt. Le stockage et le retrait de produits sont alors considérablement optimisés et montrent une collaboration homme-machine réussie.

Selon une employée, les robots sont « plutôt efficaces et rapides », même s’ils sont parfois victimes de problèmes techniques. Là où les robots "classiques" effectuaient auparavant des tâches précises et répétitives, Amazon truffe ses robots d’intelligence et de capteurs pour les faire collaborer avec les humains.

Une technologie Kiva Systems

Ces progrès sont rendus possibles grâce à la stratégie d’acquisition d’Amazon. En 2012, le géant s’offrait l’entreprise Kiva Systems, spécialiste de robots gérant la logistique dans les entrepôts, pour 775 millions de dollars. Ces robots sont contrôlés grâce a une unité centrale et se déplacent grâce à des marques présentes sur le sol. Ceux-ci ne sont pas encore capables de remplir des tâches comme la collecte de produits ou leur déplacement d'un point a un autre, d'où le hackathon organisé au mois de mai dernier. La préoccupation est, en effet, pour le moment d’optimiser les robots et leur collaboration avec les employés et explorer des pistes de nouvelles tâches qu'ils pourraient remplir.

Selon Willy Shih, professeur à Harvard, la vision est de rendre les robots « plus facilement intégrables dans les configurations de distribution d’un entrepôt et dans les processus manuels des employés ». En définitive, la collaboration humain-robot est déjà omniprésente dans les entrepôts d’Amazon. À l’arrivée des produits, un ordinateur reconnait les produits une fois dépaquetés. L’ordinateur central reconnait aussi la dimension exacte des produits pour leur attribuer la boite d'emballage adéquate, qui sera ensuite empaquetée par les soins d’un employé. La porte parole de l’entreprise Kelly Cheeseman a d’ailleurs déclaré que l’entreprise y voyait une « harmonie entre le logiciel, le machine-learning, les algorithmes, et les hommes ».

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas