Quelles interactions homme-ordinateur en 2039?

Par 22 mai 2014 1 commentaire
Additional fingers - Hasselt University

Des chercheurs ont imaginé l’état de la recherche scientifique à horizon 2039 autour de l’interaction entre l’homme et la technologie.

Organisée par l’ACM (Association for Computing Machinery), société américaine de renommée pour la recherche scientifique et l’innovation informatique, la conférence annuelle CHI (Computer-Human Interaction) réunit des acteurs internationaux autour de la relation entre l’homme et la technologie. Lors de l’édition 2014 qui s’est tenue en avril à Toronto au Canada, les chercheurs se sont penchés sur les inventions du futur et ont imaginé le programme de la conférence dans 25 ans, en 2039. Quinze projets ont ainsi été sélectionnés pour être publiés dans le document "CHI 2039 : Visions sur la recherche spéculative" d’après l’initiative d’Eric Baumer, associé postdoctoral en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Cornell. Trois grands aspects se dégagent de ces prédictions.

Faciliter la "communication" homme-machine

Tout d’abord, la bio-ingénierie permettrait d’augmenter les capacités du corps humain. Une production massive d’implants et de prothèses à bas coûts rendrait l’usage de doigts additionnels de la main fréquent. Une moyenne de 12,5 doigts par personne faciliterait ainsi l’interaction avec des appareils (clavier, notamment) ! Ensuite, le rapport avec l’environnement serait aussi influencé par les avancées technologiques. Le manque de ressources naturelles venant à manquer, il faudra peut-être produire soi-même sa nourriture... Plusieurs innovations sont ainsi envisagées: la popularisation du "Sun Tree" système électronique utilisant l’énergie solaire pour produire eau et nourriture, ou bien le système Plantastic, un réseau social pour plantes. Celles-ci auront leur profil mis en ligne, ce qui permettra à leurs possesseurs de cibler notamment les zones fertiles grâce à des nanocapteurs. Enfin, l’interaction entre les individus serait facilitée avec notamment le concept du "co-design" : des technologies robotiques et sociales permettant l’éducation partagée et collaborative entre des personnes de différents pays, aussi faciles qu’un échange en face-à-face.

Penser le futur pour mieux comprendre le présent

Les chercheurs sont inspirés. L’interaction homme-ordinateur semble être déclinée à l’infini. Pourtant, les hypothèses élaborées sont imaginées à partir de problématiques contemporaines: environnement, santé avec les prothèses, la voiture connectée, la transition énergétique, la collecte des données, la mémoire humaine ou encore l’homme augmenté. Ces spéculations sur l’état de la recherche scientifique future peuvent paraître surprenantes mais selon Eric Baumer, il faut s’intéresser au futur pour mieux comprendre les phénomènes actuels. L’intervalle de 25 ans choisi n’est pas anodin puisqu’il est "à la fois proche et distant" par rapport à aujourd’hui. La recherche se conclut sur une question importante : dans quelle mesure les visions de demain influent-elles les orientations de recherche d’aujourd’hui ?

Haut de page

1 Commentaire

2039 c'est déjà aujourd'hui
Pas besoin de chercheurs. : proposez à vos collaborateurs une session de prospective innovation appliquée qui consiste à leur faire visionner les films Matrix+Minority Report+Her, puis invitez les à s'en inspirer pour faire du copier coller intelligent sur vos offres

Soumis par Brice Auckenthaler (non vérifié) - le 23 mai 2014 à 19h36

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas