Les internautes sont des influenceurs volontaires

Par 06 juillet 2009 1 commentaire
Mots-clés : Future of Retail

Nombreux sont les Américains qui vont sur Internet pour donner leur opinion aux autres internautes. Pour les marques, cela représente un changement de leurs manières de communiquer.

Les deux tiers des internautes américains vont sur le Net pour critiquer ou tenter d'influencer les opinions de leurs homologues. Voici ce qui ressort d'une étude de l'agence de relations publiques Ruder Finn. Celle-ci s'est du coup interrogée sur les moyens pour les marques de s'emparer de cette tendance pour communiquer. Selon elle, l'intention des internautes - c'est-à-dire les raisons qui poussent quelqu'un à communiquer - est plus importante à identifier pour un marketeur que de simples statistiques sur des groupes d'individus. Une fois l'intention saisie, il devient possible de faire de l'utilisateur un porte-parole de son produit.
Faire du marketing sur les personnes
Ce, après l'avoir sensibilisé sur un produit ou proposé de le tester, de le gagner… "Cette étude confirme un changement dans la communication en ligne : on abandonne la cible - comme la ménagère - pour parler à chaque individu plus personnellement", note à ce sujet Emmanuel Niddam, directeur conseil chez e.walking, et interrogé par L'Atelier. Un commentaire habilement laissé pouvant avoir des effets importants pour la marque. "Avec 63 % de relayeurs potentiel, cette étude confirme que les efforts faits par les entreprises dans ce sens sont justifiés" précise-t-il. L'étude explique également que plus de deux tiers des sondés vont sur Internet dans un but de socialisation.
Une volonté de socialisation de l'internaute
"Le e-marketing actuel essaye déjà de profiter de ce phénomène en créant des communautés", précise le conseiller. "Toutefois le problème de ces influenceurs est qu'ils sont difficiles à mobiliser et que certaines campagnes ne fonctionnent pas ou alors à retardement", poursuit-il. Autre difficulté : l'internaute qui cherche à influencer le fait en son nom et joue donc sa propre réputation en ligne. Pour la marque il est donc important de trouver les moyens de ne pas impliquer l'individu. L'étude prend en compte deux cents quatre vingt quinze raisons qu'ont les internautes de se connecter.

Haut de page

1 Commentaire

Très bonne analyse merci beaucoup!

Soumis par assistance informatique (non vérifié) - le 16 décembre 2009 à 16h39

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas