Les internautes se méfient des espaces publicitaires

Par 20 novembre 2009
Mots-clés : Future of Retail

Selon Chitika, seulement deux utilisateurs sur cent cliquent sur les liens publicitaires en naviguant. La généralisation d'annonces pertinentes et géolocalisées a de fortes chances d'augmenter ce résultat.

Chitika avait déjà averti les entreprises que les mobinautes étaient très peu nombreux à cliquer sur les bandeaux publicitaires. Seuls 0,3 % des possesseurs de l'iPhone sont susceptibles de suivre un lien sponsorisé. Une nouvelle étude de l'agence révèle que les internautes, eux aussi, se montrent méfiants vis-à-vis des réclames. En effet, 2 % seulement d'entre eux contribuent par ce biais au financement de la totalité du contenu sur le web. Autant dire que le potentiel de croissance est très important pour les annonceurs et les propriétaires de site. Pour Christophe Dardaine, dirigeant de Click Call, l'étude révèle la tendance générale. Ce qui ne devrait pas décourager les entreprises.
Une approche chirurgicale
A condition qu'elles proposent un affichage qu'il appelle "chirurgical", c'est-à-dire adapté au contenu de la page ou à la géolocalisation de l'utilisateur. "Par exemple, à côté de l'article traitant un problème écologique, il faut généraliser le placement de publicités de type 'Chauffez moins cher'", précise-t-il à L'Atelier. "Il faut que l'annonce renforce la valeur de l'article". Selon l'expert, les consommateurs sont de plus en plus exigeants. Une régie publicitaire qui ne leur correspond pas et qui n'est pas dans le même esprit sera rejetée. "Il faut sortir de la vielle logique publicitaire qui affiche des annonces partout", ajoute-t-il. La tendance est encore plus forte pour l'affichage sur mobile.
Le clique n'est pas important
Cependant, pour les smartphones, il n'est pas nécessaire d'attendre le clic. Il suffit que l'utilisateur visionne le nom de la marque et s'associe au message. "Par exemple, pour un mobinaute qui cherche les horaires d'un musée, la publicité pour un portail de musées peut être utile", conclut le spécialiste. "S'il retient le nom du portail, la prochaine fois il s'y rendra". Pour arriver à ses conclusions, Chitika a mené son investigation auprès de 86 millions d’utilisateurs. Pendant deux semaines, elle a étudié les habitudes de navigation des internautes anonymes. Résultat : près de 85 millions ne sont pas du tout intéressés par les annonces sponsorisées.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas