Les internautes sociaux hésitent encore à révéler leur identité

Par 03 mai 2010
Mots-clés : Digital Working

Sur les réseaux sociaux, un internaute sur deux affirme recourir à un pseudonyme. Un constat que le succès de Facebook - plate-forme fondée sur des relations 'authentiques' - vient nuancer.

Les internautes sociaux sont encore nombreux à préserver leur anonymat sur les plates-formes collaboratives - selon une étude du Chubb Group. Seule une personne sur deux affirme ainsi utiliser systématiquement son nom réel lorsqu'elle s'inscrit sur un réseau social. Au contraire, un peu moins de 20% des personnes interrogées expliquent se servir d'un pseudonyme pour l'ensemble des sites collaboratifs auxquels elles se connectent. "Twitter, Facebook et Foursquare ont créé de nouveaux risques propres aux médias sociaux", explique Kenneth Goldstein, responsable de l'étude. Selon lui, les internautes ne savent plus à quoi s'en tenir, qui peut accéder à leurs informations personnelles, qui sait quelle est leur localisation, etc.
Sur Facebook, les liens sont a priori authentiques
Cela développe un climat anxiogène qui justifie les résultats de l'étude. Près des deux tiers des personnes interrogées affirment ne pas vouloir utiliser les réseaux sociaux mobiles qui intègrent une fonction de géolocalisation, comme Foursquare par exemple. Contacté par L'Atelier, Loukouman Amidou - directeur associé de l'agence spécialisée dans le Web Marketing MediaVentilo - nuance les conclusions de cette enquête : "sur un réseau tel que Facebook, les conditions d'utilisation amènent a priori les internautes à révéler leur identité réelle", explique-t-il. "Pour profiter des possibilités offertes par ce réseau, il faut donner son nom véritable, et les relations sur Facebook sont pour la plupart authentiques", poursuit-il.
Le royaume du pseudonyme ne prévaut plus
Tout en précisant que sur les autres plates-formes collaboratives, comme MySpace, la question reste d'actualité. "Le royaume du pseudonyme, qui prévalait sur Internet, est en train de décliner", note toutefois le spécialiste. Du point de vue du marketing, le modèle évolue. "Les marques ont tout intérêt à assumer leur véritable identité sur les réseaux sociaux", explique-t-il. Et d'ajouter que la prééminence de Facebook change justement la donne. Pour autant, les deux tiers des personnes interrogées au cours de l'enquête affirment que l'entreprise dans laquelle elles travaillent n'a pas encore mis en place une politique claire en la matière. L'étude a été menée auprès de plus de mille Américains, présents sur les plates-formes collaboratives.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas