Internet, l'autre support de la radio

Par 11 avril 2008 1 commentaire

La webradio enregistre des performances d'audience en progression constante aux Etats-Unis. Ce média attire toutes les catégories de population, des plus jeunes aux professionnels.

Le succès des plates-formes radio en ligne ne se dément pas outre-Atlantique. Les auditeurs américains sont de plus en plus nombreux à passer par le web pour profiter de programmes audio si l'on en croit les chiffres de l'enquête (*) "Infinite Dial 2008: Radio's Digital Platforms", coréalisée par Edison Media Research et Arbitron. Une croissance continue qui devrait porter l'audience hebdomadaire moyenne des webradios à 33 millions de personnes cette année. Soit 4 millions d'auditeurs supplémentaires par rapport à 2007. Une tendance qui n'est bien sûr pas exclusive aux Etats-Unis. "Avec la multiplication des hotspots Wi-Fi, je pense que les radios uniquement online vont s'imposer comme de très sérieux concurrents de la FM d'ici à cinq ans", commente Sébastien Coenon, responsable commercial et technique pour la société française VestaRadio.
Un usage popularisé par l'ordinateur
Ce dernier souligne que de nombreux facteurs tels qu'une plus grande accessibilité concourent au succès du média dans sa déclinaison Internet. "En ce qui concerne les jeunes de douze à vingt-cinq ans, l'écoute d'une webradio se fait souvent en parallèle d'une activité de navigation sur Internet", souligne-t-il. En outre, le fait que de plus en plus de personnes travaillent à partir d'un poste informatique favoriserait l'adoption de ce média. Du côté américain, l'étude stipule que la radio en ligne serait écoutée par près d'une personne de 25 à 54 ans sur sept, ce sur une base hebdomadaire. Selon les chiffres rapportés, les "auditeurs du web" seraient également plus nombreux à être membres actifs de réseaux sociaux en ligne que le reste de la population. Près de 40 % des premiers aurait déclaré disposer d'un profil personnel sur un site communautaire contre un quart seulement pour l'ensemble des sondés.
Webradio et réseaux sociaux
"Certaines radios sont basées sur des chat en ligne", rappelle Sébastien Coenon qui souligne la complémentarité des webradios avec d'autres types de services web à dimension sociale. "D"autres vont puiser leurs titres sur des réseaux sociaux tels que Myspace pour faire découvrir de nouveaux artistes", précise-t-il. Par ailleurs, les auteurs du rapport américain recommandent aux publicitaires de miser plus sur les "nouvelles formes de média audio" sur la base du contexte de croissance mis en avant par Infinite Dial 2008. Une évolution vers plus de publicité à laquelle Sébastien Coenon n'est pas favorable. "Le fait qu'il y ait peu de publicité est ce qui différencie la webradio. L'auditeur s'y connecte pour écouter de la musique ou des émissions de libre antenne". Et le responsable commercial de conclure : "la publicité sur les radios exclusivement web s'opère principalement via des partenariats et des opérations de sponsoring – jeux, cadeaux, etc".
(*) Enquête réalisée par téléphone auprès d'un échantillon représentatif d'environ 1 900 personnes âgées de 12 ans et plus.

Haut de page

1 Commentaire

le meilleur son pour tes oreilles

Soumis par le tallec (non vérifié) - le 10 mars 2009 à 22h09

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas