Internet : les mentalités évoluent en Turquie et en Irak

Par 09 septembre 2003
Mots-clés : Moyen-Orient, Europe

Le site Internet turc « itiraf.com » (confession.com en français) attire chaque jour une moyenne de 70 000 internautes. Quel peut donc être son objet : conseil boursier, révélations sur les ...

Le site Internet turc « itiraf.com » (confession.com en français) attire chaque jour une moyenne de 70 000 internautes. Quel peut donc être son objet : conseil boursier, révélations sur les personnalités du pays ? Et bien absolument pas ! itiraf.com se propose simplement d’éditer une quarantaine de messages par jour sur les mille que reçoit Ersan Ozer, son initiateur, ce qui a suffit pour faire de ce site l’un des dix plus visités de Turquie.

Itiraf.com est fréquenté par une moitié de femmes, quand elles ne sont que 20 % à utiliser l’Internet en général. Les questions touchent principalement aux sentiments et à la sexualité, ce que le sociologue Ali Ergur explique : itiraf.com se fait le révélateur d’une « société longtemps oppressée socio-culturellement par l’omniprésence de la famille et par un fort communautarisme, et qui, aujourd’hui en transition, assume mal des problèmes nouveaux tels que l’urbanisation et le changement de mode de vie ».

En Irak, à Bagdad, les cybercafés était au nombre de 57 avant l’offensive américano-britannique, tous publics. Il n’est plus possible de les dénombrer aujourd’hui tant ils sont devenus nombreux, mais il est possible de se connecter dans toute la ville pour 2 000 dinars de l’heure (1 dollar environ). Ce sont les sites qui proposent un service de messagerie gratuite qui ont le plus de succès (Hotmail, Yahoo !…), ainsi que les moteurs de recherche (Google…), les sites pornographiques ou ceux des médias arabes.

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/09/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas