L’Internet des objets a besoin de normes pour se diffuser

Par 13 novembre 2013 4 commentaires
Internet_standards

Si les capteurs de toutes sortes sont déjà facilement accessibles, le manque de normes et d’intégration des systèmes entraine une production en silo des données.

Internet of things, X-Internet, Internet of everything… Les déclinaisons sont nombreuses et promettent l’avènement d’une nouvelle version d’internet dominée par les objets connectés et l’échange de données en M2M. Mais si les États-Unis ont déjà la fièvre pour les objets connectés de remise en forme tels que le bracelet Fitbit ou la balance Withings, ces dispositifs ne se “parlent” toujours pas entre eux indique une étude Forrester. Certains sont capables de mesurer la performance des prestations sportives, d’autres d’évaluer la technicité et encore de nouveaux de recueillir vos données biométriques. Il en résulte des silos de données, cloisonnés, utilisant leurs applications séparées. Un réel engagement du consommateur ne peut s’attendre qu’à condition d’organiser le flux de ces données. Ainsi, intégrer CRM, systèmes d’inventaires, parcours et expériences d’achats dans un processus dynamique est nécessaire à ce que les objets soient véritablement intelligents.

Hardware mobile, ouverture des APIs et normes sont nécessaires

Selon l’étude, la notion de captation contextuelle apparaît donc primordiale pour garantir la pertinence des données. A ce titre le mobile constitue le meilleur moyen de suivre et  de comprendre le consommateur. Ainsi, capteurs et processeurs de nouvelle génération continueront d’être intégrés aux Smartphones. Déjà, l’Iphone 5s ou le Motorola Moto X embarquent des processeurs dédiés exclusivement à la gestion des données de capteurs. Par ailleurs, la fragmentation issue des différents systèmes a clairement été identifiée comme obstacle majeur à l’innovation. Des agrégations de plateformes ont donc été créées à l’image de Xfinity ou de ZigBee Alliance et constituent de bonnes portes d’entrée. Néanmoins, pour les analystes de Forrester, la masse critique d’utilisateurs semble difficile à atteindre pour ces initiatives. La solution semble plutôt se trouver dans l’ouverture des APIs. La possibilité d’utiliser services et données d’autres entreprises et de laisser développer des applications dans ses propres services réciproquement pourraient bénéficier à toutes les parties prenantes et désenclaver les processus et données.

Des attentes exprimées de la part des consommateurs

Enfin, c’est à travers des normes communes que pourra émerger l’internet des objets.  Les capteurs connectés nécessitent des processus de fond à l’image d’un nouveau protocole internet comme l’IPv6. De plus, de nouvelles normes de connectivité comme le processus IEEE 802.11ah permettront la connexion à basse puissance de nombres de périphérique tels les compteurs intelligents. Conscient de distribuer des données passivement, le consommateur entend bien voir son quotidien s’en améliorer. Ainsi, le suivi du sommeil (36%), les habitudes de conduite (35%), garder un œil sur ses proches vieillissants (34%) ou sur ses enfants (29%) font partie des attentes les plus prégnantes. Mais si les données d’observation forment un préalable nécessaire, c’est surtout la rétroaction de solutions amélioratives de ses habitudes et comportements qui constitue le véritable enjeu.

Haut de page

4 Commentaires

Bravo pour la limpidité de ce texte, parfaitement clair sur les enjeux que la question soulève. Un bémol toutefois : l'internet des objets, le M2M est en train de se structurer par secteur. L'énergie, la santé, la sécurité, ... établissant, chacun dans leur domaine, les normes et standards les concernant. On est loin de pouvoir intégrer tous ces capteurs dans un seul système pilotant ... la ville intelligente ? Quel est l'avenir que nous souhaitons, qu'est ce qui est acceptable dans cette perspective ? Co-construisons le futur, par le biais de cet article !

Jacques

Soumis par Jacques NOEL (non vérifié) - le 14 novembre 2013 à 09h30

L'autre problématique technique sous tendue par la collecte de ses informations est quelle architecture IP entre le point de centralisation local (smartphone) et l’agrégateur des données chargées de leur restitution. L'HTTP montre là toutes ces limites...

Soumis par Matthieu NOIRBUSSON (non vérifié) - le 14 novembre 2013 à 12h18

Hello,

bien enetendu qu'il faut avoir un langage commun entre les differents objets connectés. cependant il faudrait aussi avoir une base de connaissance en commun. comme un forum entre les diffferentes marques. voilou
spécialiste des objets connectés

Soumis par l'objet connecté addict (non vérifié) - le 14 novembre 2013 à 22h41

Je pense que le problème des silos n'en est pas un puisque tous ces silos communiquent via l'IP, donc un langage commun.
Ce qu'il manque maintenant, ce sont des plateformes "grand public" d'agrégation des données de pilotage et de supervision pour que tous les objets puissent communiquer ensemble de façon simple et transparente.
En écho à votre billet, je réponds à ce point sur mon blog : http://blog.myfox.fr/2013/11/18/linternet-des-objets-na-pas-besoin-de-norme-pour-se-developper-elle-existe-deja-cest-internet/

Soumis par Alban Amouroux (non vérifié) - le 18 novembre 2013 à 14h48

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas