Internet et ordinateur, des disparités d'usage entre hommes et femmes

Par 30 mai 2012
Mots-clés : Smart city, Europe
Internet et ordinateur, des disparités d'usage entre hommes et femmes

En classant et en comparant des données sur l'utilisation faite d'Internet et de l'ordinateur par les hommes et les femmes en Europe, l'on note qu'il existe entre eux des différences, tant d'une manière générale que dans les façons d'utiliser ces technologies.

 

La non parité des genres n'est pas étrangère au secteur du numérique, comme le montrent des chercheurs de l'université Complutense de Madrid grâce à GICTIS*, un indicateur qui permet de mieux comprendre le gap entre hommes et femmes d'Europe grâce à une comparaison précise de données nombreuses. Et selon eux, les femmes ont un usage moins intensif de l'ordinateur et d'Internet que les hommes. Précisément, il existe une différence de 0,062 points pour l'ordinateur et de 0,082 pour internet. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont utilisé les résultats d'une enquête Eurostat**, matérialisés par genre par une décimale comprise entre 0 et 1, 0 signifiant sans réponse affirmative aux questions d'Eurostat (par exemple aucun homme n'achète en ligne) et 1 signifiant que le genre entier à répondu positivement. Décimale obtenue, pour chaque question, en divisant le coefficient minimal par le coefficient maximal, par genre. Ils ont ensuite regroupé des variables (par exemple utilisation récente et fréquence d'utilisation de l'ordinateur; ou d'Internet) en dimensions (info-intensité; e-intensité).

Des différences d'usage

Ceci a permis la comparaison entre les genres dans chaque dimension, en prenant soin de pondérer chaque variable pour que chacune d'entre elle ait le même poids dans sa dimension. Dans le détail de l'utilisation, les hommes sont plus actifs dans le domaine des loisirs (par exemple en France, 0,418 pour les hommes contre 0,333 pour les femmes) ou encore dans le domaine du commerce et de la banque (0,310 contre 0,299). En revanche, les femmes sont plus actives concernant le bien-être social (0,454 contre 0,423). Par ailleurs, il existe des comportements "neutres" qui ne se modifient pas en fonction du genre. C'est le cas de l'utilisation des e-mails ou de la recherche d'information sur un produit. Cette analyse a également permis une mesure à l'intérieur des genres, entre les pays. Par exemple, les femmes islandaises sont les premières à utiliser internet pour le loisir (0,547), devançant les Françaises à la 18ème position (0,333).

Quatre types de pays

Analysant et comparant ces données, les chercheurs ont aussi pu classer les pays en 4 catégories. D'abord, les pays qui ont, comparativement, un haut niveau d'utilisation des technologies avec une forte e-égalité (pas de gap sensible entre les genres), ce qui regroupe l'Europe du Nord, la France, la Slovénie et la Holland. Ensuite, les pays qui ont un haut niveau d'utilisation et une faible e-égalité. C'est le cas de la Hongrie, de Malte, du Portugal et de la Slovaquie. Troisièmement, ceux qui ont un faible niveau d'utilisation mais et forte e-égalité, tels que la Roumanie, la République Tchèque, la Bulgarie, la Pologne et la Belgique. Enfin, les pays à faible niveau d'utilisation des technologies et à faible e-égalité, à savoir la Grèce, Chypre, la Macédoine, la Croatie et, dans une moindre mesure, l'Italie, l'Irlande et l'Espagne. A noter que les données ont été récoltées dans 31 pays européens.

*Gender & ICT Indicators System

**Community Survey on ICT usage in Households and by Individuals (ICT-H), Eurostat, 2008

 

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas