Internet : les pays les plus performants ne sont pas ceux que l'on croit

Par 30 mai 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe

Les Etats les moins bien dotés économiquement et socialement ne sont pas forcément les moins performants en matière d'adoption de l'Internet. Le niveau de souscription à ce service ne dit pas tout, selon des économistes américains

Le total des souscriptions à Internet n'est pas suffisant pour mesurer la faculté à se doter de ce service dans un pays. Les paramètres économiques, sociaux et démographiques sont aussi à prendre en compte, selon le Phoenix Center, qui a mis au point un indice dit "d'efficacité de bande-passante" (Broadband Efficiency Index, BEI) dans le cadre d'une récente étude. Statistiques de l'OCDE à l'appui, le centre de recherche explique que plus de 90 % des différentiels d'adoption du Net parmi les pays industrialisés s'expliquent par des facteurs tels que le niveau d'éducation, les inégalités de revenus, l'âge ou encore la densité de la population. Sur le plan global, il relève ainsi que deux tiers des pays de l'OCDE ont un BEI supérieur à 95 %.
Les plus développés pas forcément plus efficaces
Ce qui revient à dire que la plupart de ces trente pays a une forte capacité à convertir ses dotations économiques et sociales en souscriptions à l'Internet. Les pays les plus efficaces en matière d'adoption de l'Internet compte tenu de leurs caractéristiques socioéconomiques seraient ainsi l'Islande, la Belgique et le Portugal. Ces Etats auraient respectivement obtenu des indices BEI de 99,5, 99 et 98,3 %. Pour information la France se classerait comme le septième pays le plus efficace en matière d'adoption avec 97,6 %, quand bien même son taux brut d'adoption de l'Internet - nombre de souscripteurs sur le reste de la population - la classe treizième parmi les pays de l'OCDE. L'étude souligne par ailleurs l'efficacité relative de certains pays considérés comme moins développés tels que le Portugal ou encore la Turquie.
Le poids des données socioéconomiques
"Nos analyses nous ont conduit à estimer que des pays relativement pauvres, avec des taux d'adoption moindres, s'avèrent être plus efficaces en matière d'adoption que d'autres, mieux lotis", explique George Ford économiste en chef pour le Phoenix Center. Dans cette même logique, l'étude souligne que des pays comme le Luxembourg, la République Tchèque, l'Irlande ou encore la Grèce sont pour leur part à la traîne au vu de leurs caractéristiques socioéconomiques. Dans ce cadre, les auteurs du rapport indiquent que les politiques publiques visant à favoriser l'adoption d'Internet devraient se concentrer sur des objectifs plus larges. Exemple : développer le niveau d'équipement en matériel informatique ou créer des programmes éducatifs spécifiques.

Haut de page

1 Commentaire

Bonjour, le lien traitant vers un article très intéressant sur l'IPV6 n'aboutie à rien...

Soumis par Jean-Jean (non vérifié) - le 31 mai 2008 à 12h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas