Internet sera bientôt dépassé par la demande

Par 20 novembre 2007

Les capacités de l'infrastructure Internet en place ne pourront plus couvrir les besoins mondiaux de bande passante d'ici 2010.. Seul un investissement massif pourrait pallier cette perte de fiabilité potentielle.

Face à la demande croissante en bande passante, Internet pourrait bientôt s’essouffler. C’est ce que pronostique Nemertes Research dans une étude baptisée « The Internet Singularity, Delayed: Why Limits in Internet Capacity Will Stifle Innovation on the Web ». Dès 2010 dans le monde, et plus particulièrement aux Etats-Unis, la consommation de bande passante pourrait surpasser les capacités de l’infrastructure Internet à fournir un service fiable, répondant à l’évolution des usages. Selon le cabinet d’étude, la généralisation d’application de haute consommation telles que la vidéo en streaming ou la voix sur IP, ainsi que la multiplication des appareils sans fils fournissant un accès Internet, participeraient largement à ce phénomène.

Des flux de données sans précédent

« La façon dont nous utilisons Internet aujourd’hui diffère d’il y a trois ans, notamment avec l’apparition d’applications à forte consommation de bande passante comme la vidéo à la demande », a déclaré Bruce Mehlman, co-président de l’Internet Innovation Alliance. Cette recrudescence d’activités impliquant un usage intensif du réseau Internet devrait avoir un fort impact sur l’utilisateur. Elle se caractérise notamment par des flux de données à l’ampleur inédite nommés exaflood par les spécialistes. Si rien n’est fait pour consolider l’infrastructure Internet mondiale, les entreprises comme les particuliers devront bientôt faire face à des interruptions de service récurrentes dans le cadre de l’utilisation d’applications web.

Impact négatif sur l’innovation

Autre conséquence : le rythme d’innovation des entreprises pourrait en être notablement ralenti. Les sociétés dont l’activités est basée sur le web comme Google, Amazon et autres You Tube pourraient se voir contraintes par un réseau aux capacités désormais limitées. Pour Nemertes Research, seul un investissement conséquent de la part des entreprises pourrait pallier cette fin annoncée d’un Internet fiable. Le cabinet estime à près de 140 milliards de dollars l’effort financier à fournir au niveau mondial pour consolider l’infrastructure du réseau, et mettre ses capacités au niveau de son utilisation. Un chiffre bien supérieur aux intentions d’investissements attribuées à l’industrie des télécommunications et des fournisseurs de services Internet, selon Nemertes Research.

A lire également dans notre espace « Chroniques » :

La gestion des fréquences est absurde! (05/11/2007) 

L’Atelier, groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas