Internet structure la recherche sur l'eau

Par 07 mai 2008

Le consortium de recherche CUAHSI développe une infrastructure web destinée à l'étude des ressources en eau des Etats-Unis. Celle-ci sera ouverte à des experts scientifiques comme à des tiers.

L'informatique distribuée va contribuer à une meilleure gestion de l'eau à l'échelle du territoire américain. C'est en tout cas l'objectif défendu par des chercheurs du Supercomputer Center de San Diego qui chapeaute actuellement un projet de cyberinfrastructure permettant de faciliter l'étude de cette ressource naturelle dans le cadre du consortium universitaire CUAHSI. Nommée explicitement Hydrologic Information System (HIS), l'initiative vise à combler un manque en matière d'accès aux données disponibles. "Nous nous noyons sous les informations mais le problème réside dans le fait que les bases de données ne sont pas compatibles entre elles", explique Ilya Zaslavsky, l'un des architectes du système HIS. Une multitude d'agences est en effet habilitée à recenser ces informations parmi lesquelles on compte l'Agence de protection de l'environnement, l'US Geological Survey ou encore le Département de l'agriculture.
Infrastructure web
Et le responsable de projet informatique d'ajouter : "en dépit du fait que l'eau est un bien précieux et que sa conservation soit devenue un enjeu majeur, les chercheurs n'ont toujours pas une vision précise des quantités dont dispose notre nation". Encore dans sa première phase de déploiement, le système d'information en question va consister en une infrastructure web liant à la fois des ressources informatiques dispersées, des services de données et une communauté d'experts. Un point d'accès web sera ainsi mis en place pour faciliter et uniformiser l'accès à toutes les informations concernant les eaux américaines - données provenant d'agences fédérales ou locales. Les usagers disposeront également de moyens de publier leurs propres observations qui viendront enrichir la base de connaissance. Le HIS proposera en outre un modèle d'information standardisé ainsi qu'un cadre comparatif commun pour le recensement des données.
Améliorer la connaissance de l'eau
Des protocoles d'échange spécifiques et leurs services web dédiés seront également au programme. Enfin, une charte de vocabulaire spécialement conçue pour l'occasion permettra à son tour aux différents acteurs du projet de pratiquer un seul et même langage. Parallèlement, ce projet d'envergure devrait contribuer à favoriser l'étude des cycles et processus hydrologiques qui prévalent, tant à l'échelle régionale que continentale. Ce, dans un second objectif non moins décisif que la gestion de l'eau : le développement de modèles climatiques. Le projet profitera en effet aux chercheurs de disciplines transverses, climatologie, sciences de la vie, environnement, etc. A noter : HIS s'inscrit dans le cadre d'un programme de financement fédéral sur cinq encadré par la National Science Foundation,

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas