Internet est-il vraiment dangereux pour les enfants ?

Par 18 janvier 2011
enfant sur internet

Vous estimez que le web est un outil nocif pour les enfants ? Il faut dire qu'ils sont désormais nombreux à fréquenter la Toile de manière régulière : entre 9 et 16 ans, 93 % des enfants européens naviguent sur le web au moins une fois par semaine, et près de 60 % d'entre eux possèdent déjà un profil sur un réseau social. Il semblerait pourtant que les risques auxquels les jeunes sont confrontés sur Internet soient largement surestimés. C’est en tout cas ce que souligne l’enquête EU kids Onlin menée dans 25 pays européens par un réseau de recherche piloté par la London School Economics,auprès de plus de 25 000 enfants âgés de 9 à 16 ans, et de l’un de leurs parents.

Et parmi les conclusions du rapport : alors que le web fait désormais partie intégrante de la vie des jeunes dès l’âge de 9 ans, ce qui constitue une expérience traumatisante pour un adulte ne l'est pas forcément pour un enfant. Ainsi, seulement 1/3 des enfants exposés à des images sexuelles estiment en avoir souffert. Par ailleurs, si 9 % des enfants avouent avoir vu en chair et en os, des inconnus rencontrés sur le web, seulement un sur huit déclare avoir mal vécu cette expérience...

Voilà autant de chiffres qui lèvent le voile sur une réalité qu'il ne faut cependant pas prendre à la légère. Selon Dominique Pasquier, sociologue au CNRS, spécialiste de la culture et des médias, et responsable France de l’étude EU kid, plus de 20 % des 11/16 ans ont déjà été confrontés à des messages de haine, qui peuvent conduire de graves dérives (difficultés scolaires, troubles du sommeil, perte de liens sociaux...).

D'où la nécessité, on y revient toujours, de favoriser avant tout le dialogue avec les adultes. Un dialogue déjà bien instauré, si l'on en croit l'étude, puisque 70 % des parents disent discuter avec leurs enfants de leur activité en ligne, et plus de la moitié donne des conseils sur comment se comporter ou se prémunir de problèmes. Mais, sans grande originalité, un grand nombre pense aussi que sa progéniture n'a jamais été exposée à du contenu violent ou pornographique : 40 % des parents dont les enfants ont reçu ce type de contenu pensent que cela ne leur est pas arrivé.
 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas