Pour Interpol, combiner les technologies rend le passeport inviolable

Par 25 septembre 2009

Les agents d'Interpol disposeront d'un passeport combinant biométrie, puce électronique, et gravure laser. Le but est de rendre le document infalsifiable et d'accélérer leur passage lors des déplacements internationaux.

Afin de faciliter les déplacements de leurs agents sur le terrain, Interpol a commandé à Edaps Consortium un passeport électronique qui combine plusieurs technologies. Baptisé "e-passeport", il permettra aux bureaux nationaux du service de police* et leurs personnels d'accélérer les démarches administratives lors d’arrestations de criminels. Dans le détail, le dispositif embarque les informations biométriques confidentielles d’Interpol. Mais aussi une puce électronique, des signes holographiques et optiques de pointe ainsi que des gravures au laser. Selon ses concepteurs, l'ensemble de ces technologies permettra une lecture rapide des données, considérées comme difficilement falsifiables.
Réputé infalsifiable
Les criminels peuvent traverser les frontières rapidement et sans effort", regrette Ronald Noble, secrétaire général d'Interpol. "Alors que les chefs de nos bureaux centraux nationaux et même le personnel de nos quartiers généraux sont ralentis ou stoppés en raison de problèmes de bureaucratie internationale". Pour le moment, il est en effet encore relativement aisé de frauder en présentant de fausses pièces d'identité. "L’utilisation de faux passeports par les terroristes constitue la plus grande menace pour la sûreté et sécurité des citoyens du monde entier", a ainsi ajouté le secrétaire général. D'ailleurs, l'"e-passeport" devrait servir de base à l’élaboration d’un système mondial d’authentification électronique.
Vers le biométrique
Sa version finale sera présentée lors de la prochaine assemblée générale de l'institution à Singapour du 11 au 15 octobre 2009. A noter : en France, le passeport électronique est progressivement remplacé par le passeport biométrique**. Celui-ci intègre dans sa couverture une puce numérique qui contient une photo d'identité et les empreintes digitales numérisées ainsi que toutes les données d'état civil imprimées sur la première page du support papier. L'ensemble de ces données est conservé et protégé par cryptage par les services administratifs. Reste certains problèmes à résoudre, comme le vol des informations confidentielles contenues dans le document.
*Au nombre de 187
**Depuis le 28 juin 2009 d’après le site du ministère français de l’intérieur

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas