Des investissements bénéfiques au marché technologiques vietnamien

Par 21 janvier 2011
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique
homme utilisant un PDA

Les dépenses en matériels et services high-tech, les initiatives gouvernementales et l'essor de la 3G stimuleront le développement du secteur en 2011.

Le marché technologique au Vietnam a enregistré une croissance de près de 25 % en 2010, explique IDC. Qui estime que les initiatives gouvernementales favorables aux entreprises et la situation économique globale devraient permettre à ce dernier de continuer sur sa lancée. Dans ce but, le cabinet propose une liste des principales tendances qui selon lui seront à la base du développement du secteur cette année. Premier moteur de croissance : celle du montant des investissements à venir. Ceux-ci étant logiquement dus à une augmentation de la demande des entreprises en produits et services technologiques pour accompagner leur croissance. Selon le cabinet, les compagnies seront particulièrement friandes d'appareils nomades et de mise en place de nouvelles infrastructures réseaux. Résultat des courses : une croissance annuelle estimée à 17 %, qui ferait du pays le leader de la région Asie/Pacifique en matière de dépenses high-tech.

Des initiatives pour l'expansion des technologies

La généralisation de services permettant aux entreprises d'élargir leur base clients sans augmenter leurs dépenses aura aussi le vent en poupe. Et le cabinet de citer le rôle des médias sociaux comme Facebook, ZingMe, Ohavi ou encore Cyvee, au niveau du marketing. En effet, le cabinet estime que le pays compte plus de 26 millions d'utilisateurs potentiels, et cela, malgré les efforts réalisés par le gouvernement pour en verrouiller l'accès. Selon IDC, les compagnies commencent à mener des campagnes marketing sur ces plates-formes, et recrutent sur LinkedIn et Caravat. Autre facteur de croissance : la quasi couverture totale du territoire en 3G (98 % en 2012) favorisera la demande en services mobiles. Pour stimuler ce marché, le cabinet estime que les opérateurs devront offrir des prix compétitifs et fournir de véritables services dits ajoutés à leurs clients. Pour les chiffres, ce sont 8 millions de personnes qui devraient profiter de ces réseaux en 2011.

Impact des réseaux sociaux

En 2014, ils seront 14 millions. Selon le cabinet, les investissements réalisés par les opérateurs sur le terrain sont en partie dus à la demande. Le cabinet souligne également le rôle vertueux des initiatives gouvernementales menées pour populariser l'usage des technologies dans les zones rurales. Des programmes comme "One million computer for education" devraient ainsi arriver à terme à la fin de l'année. Plusieurs acteurs privés mènent aussi des projets leur permettant de s'installer dans ces régions. A l'image d'Intel, qui s'est rapproché de fournisseurs de services en haut-débit pour lancer des solutions professionnelles dans des zones dites reculées. Enfin, le cabinet parle aussi de l'augmentation par le gouvernement des fonds alloués à des projets technologiques dans le secteur public. Cela principalement dans les secteurs de l'éducation, des réseaux énergétiques ou encore des communications.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas