Israël : Ariel Sharon dit non à l'entrée de France Télécom au capital de Bezeq

Par 20 avril 2005

Le Jerusalem Post est formel : Ariel Sharon, le Premier ministre israélien, a dit non à la prise de participation de l'opérateur France Telecom dans Bezeq. L'état israélien avait annoncé la...

Le Jerusalem Post est formel : Ariel Sharon, le Premier ministre israélien, a dit non à la prise de participation de l'opérateur France Telecom dans Bezeq. L'état israélien avait annoncé la privatisation de 30 % du capital de son groupe de télécommunications israélien et reçu plusieurs candidatures, parmi lesquelles celle de France Télécom, associé à Israël Phoenix Assurance et au fondateur de Packard-Bell Benny Alagem.

Avec de bons partenaires israéliens, l'arrivée de France Télécom n'aurait donc pas dû poser de problème. C'était sans compter sur le Shin Beth, l'organe étatique chargé de la sécurité intérieure : c'est sur son conseil qu'Ariel Sharon a opposé son veto à la candidature du groupe français.

Motif ? France Télécom a déjà pris des participations dans des pays arabes, et notamment en Egypte, en Jordanie ou encore en Algérie. Qui plus est, l'appel d'offres pour la reprise des 30 % de Bezeq interdit à tout groupe contrôlé par un gouvernement étranger d'entrer au capital du groupe de télécommunications israélien.

France Télécom ne devrait donc pas être retenu. Le résultat de l'appel d'offres doit être connu dans une quinzaine de jours.

(Atelier groupe BNP Paribas - 20/04/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas