It’s the end of the world as we know it (and I feel fine)

Par 07 septembre 2010
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Dépêchez-vous, l'Apocalypse c'est dans 5 minutes. Enfin non, plutôt dans 836 jours, 1 heure, 8 minutes, et 48, 47, 46, 45 secondes...Bref, c'est le 21 décembre 2012, selon Hollywood, certaines prophéties Mayas, et le site TerraVivos.com. Car, il ne sera pas dit que TerraVivos.com n'est pas expert en catastrophe.

Non, non, non, ce site américain, qui bénéficie d'étonnantes reprises médias de l'autre côté de l'Atlantique (sur ABC News, History Channel, ou bien encore Fox News -oui, là en fait, ce n'est pas trop étonnant non plus), et plus récemment d'un mini-reportage, toute en candeur, sur le site Internet de la-première-radio-de-France, a tout prévu.

Guerre nucléaire, guerre bactériologique, terrorisme, tsunami, astéroïdes...anarchie (sic), le monde court à sa perte, et TerraVivos.com, recherche des clients. Ou plutôt des internautes crédules, dotés si possible d'un léger penchant conspirationniste. Qu'il compte bien mettre à l'abri le jour J.

Il en coûtera 50 000 dollars par adulte, 25 000 dollars par enfant de moins de 16 ans, et c'est gratuit pour nos amis les bêtes, chiens, chats, et poissons rouges, à condition que Médor soit à jour de ses vaccinations.

Robert Vicino, homme d'affaires de San Diego et fondateur de ce site terrifiant, à défaut d'être apocalyptique, s'est trouvé un nouveau business model : construire et commercialiser des complexes souterrains (de survie) capable d'accueillir plusieurs centaines de personnes.

TV à écran plat, cuisines équipées, hôpital, dentiste, lieux de vies (les mauvais esprits diront « boites de nuit »), côté déco cette biosphère d'un nouveau type rappelle furieusement les épisodes les plus passés de feu La Croisière S'amuse.

Alors si, par mégarde, il vous reste au fond du jardin, un gros cube de ciment à l'éclairage blafard, construit par votre vieil oncle « un fameux bricoleur (qui) faisait en amateur des bombes atomiques », faites du passé (et de la guerre froide) table rase. Et pour votre prochain hiver nucléaire, mettez le cap sur le désert du Mojave. Chaude ambiance assurée. Mais couvrez-vous bien tout de même, car comme le dit la brochure, « Nuclear winters are cool » !

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas