ITU Telecom World : Les utilisateurs prennent le pouvoir

Par 18 décembre 2006

L’événement de l’industrie télécom de cette année, l'ITU Telecom World 2006, qui se déroule seulement tous les trois ans, a eu lieu du 4 au 8 décembre. Cette 10ème édition s’est exceptionnellement déroulée en Asie à Hongkong. Depuis 1971, date de création de l'ITU, c'est la première fois que cette conférence est organisée en dehors de Genève, où siège l'ITU. De fait, la présence des acteurs asiatiques était massive, mais les industriels occidentaux conservent néanmoins leur influence sur ce marché. Mais quelle que soit l’origine des participants, tous s’accordent à dire que les « User Generated Contents » et les « Customer Oriented Services » sont devenus les mots clés de l’Internet d’aujourd’hui. L’autre fait marquant de cette édition était la démonstration de force des opérateurs et industriels chinois, dont la capacité à dépasser l’Europe en matière de multimédia mobile s’affirme de plus en plus.

Suprématie du mobile et influence grandissante de l'Asie L'ITU Telecom World 2006 était annoncé comme historique, non seulement en raison de son implantation géographique, mais aussi parce qu’en 2005, le nombre d’utilisateurs mobiles dans le monde a dépassé le seuil des 2 milliards, seulement 3 ans après d’avoir dépassé le premier milliard. Une telle vitesse de propagation pour une technologie est inédite dans l’histoire des télécommunications. Pour rappel, il avait fallu 125 ans pour que le nombre d’abonnés à la téléphonie filaire dépasse 1 milliard, un cap atteint en 2001, comparé à 21 ans pour le mobile. De ce fait, l’édition 2006 a naturellement pris une couleur très « mobile ». L'ITU Telecom World a ouvert ses portes avec une conférence plénière, « Living the Digital World ». Le ministère chinois de l’Industrie de l’Information (MII), WANG Xudong , s’est déclaré conscient qu’Internet est le fondement de la société de l’information, mais qu’il existe encore de nombreux problèmes à résoudre, tels le faussé numérique ou la sécurité sur Internet. Le secrétaire général de l’ITU, UTSUMI Yoshio, a exprimé son contentement de voir organiser cet événement en Asie. Il s’est même référé à Marco Polo, indiquant la nécessité pour les occidentaux de découvrir l’Asie. De son côté, le CEO de Cisco, John Chambers, en présentant le concept « Enterprise 2.0 », expliquait que la « collaboration » serait un mot clé important dans les années à venir, après l’ « interaction ». Les utilisateurs prennent le pouvoir A travers les autres conférences, telles « CEO Roundtable », « Digital Generation », ou « My Mobile phone for my lifestyle », les mots clé prononcés par tous les intervenants étaient « User Generated Contents » (contenus générés par les utilisateurs) et « Customer Oriented Services » (services orientés clients). Il était frappant de voir des fabricants d’infrastructures parler ainsi du rôle des utilisateurs. Il y a encore quelques années, interroger les équipementiers sur le sujet était un appel à une réponse convenue « les usages, c’est la couche au dessus ». Aujourd’hui, les utilisateurs, devenus producteurs et diffuseurs de contenus, sont pris en considération par les équipementiers. Un tel progrès était encore inimaginable lors du dernier ITU Telecom World en 2003. Dans le même temps, une évolution technique de l’Internet est jugée indispensable par Larry Roberts, un des « pères de l’Internet », qui indiquait que la structure actuelle du réseau, basée sur les transferts de paquets et non sur l’ensemble des flux, n’est pas faite pour les contenus multimédias. Il faut concevoir une nouvelle forme de réseau, intelligent mais peu coûteux, notamment pour les pays en voie de développement. En ce sens, le CEO de Alcatel-Lucent, Patricia Russo rejoint cet avis selon lequel la prochaine génération d’Internet devra être pensée à partir des contenus que l’on veut véhiculer dessus. Le Japon et la Chine, fer de lance de l'industrie télécom en Asie Cette semaine de conférences à Hongkong était une bonne occasion pour les Asiatiques de présenter au reste du monde leur capacité de développement. Il est peut-être temps de revaloriser la performance du secteur télécom chinois. déjà, de nombreux constructeurs chinois exposent des terminaux 3G très design et très fins. Ainsi, un constructeur shanghaien, FG Wireless propose un terminal 3G (W-CDMA) pour moins de 100 dollars US, pour la première fois au monde ! Les licences de la 3G chinoise, basée sur la norme TD-SCDMA, seront probablement attribuées bientôt, et les constructeurs présentent déjà des terminaux compatibles. Les sociétés japonaises présentaient leurs solutions pour des réseaux de la prochaine génération (NGN), ainsi que les réseaux au foyer. Le robot de NEC, Papero, capable de parler aujourd’hui 5 langues, a aussi rencontré un franc succès sur la terre hongkongaise. Des usages en développement très rapide en Chine Nous revenons de Hongkong avec le sentiment que le marché mobile chinois peut dépasser rapidement le marché européen, qui stagne en matière d’usages de l’Internet mobile. Dans les stands des opérateurs mobiles chinois, de nombreuses démonstrations de services avancés attiraient le public : des solutions de codes barres 2D, (déjà commercialisés en Chine !), la NFC (Near Field Communication) qui sera probablement utilisée pour les entrées dans le stade lors des jeux Olympique de Pékin, ou encore maisons et boutiques rendues intelligentes grâce aux RFID. Le deuxième opérateur mobile chinois, China Unicom, exposait aussi plusieurs démonstrations de services qui viennent d’être lancés : mobile banking, moteur de recherche sur mobile, téléchargement de musique, et TV Live sur IP. Pour exploiter ces services mobiles, China Unicom a décidé de maintenir un 2ème réseau mobile, basée sur la technologie CDMA2000 1x, en plus du GSM, car il ne pouvait pas attendre la 3G chinoise. Attendons de voir si les services mobiles multimédias chinois vont décoller rapidement. SUKETOMO Riyako InnovAsia Research pour L’Atelier A lire également : L’ITU Telecom World 2006 se tient cette année en Chine

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas