Japon et Corée du Sud adoptent inégalement la VoIP

Par 29 janvier 2008

Si le premier remplace peu à peu ses traditionnelles solutions de communication par la VoIP, la Corée tarde à prendre le même rythme de croisière. Le déploiement d'un cadre règlementaire adapté réduira ces différences.

La pénétration du haut-débit n'est pas un gage de développement de la VoIP (Voice over Internet Protocol). Un fait qui s'illustre sur le marché Asie-Pacifique. Selon le cabinet Ovum, d'importantes disparités existent entre les deux pays leaders sur le marché des télécoms et de la pénétration du haut débit, le Japon et la Corée du Sud. Avec une nette domination pour le Japon, qui enregistrait au deuxième semestre 2007 plus de 15 millions d'utilisateurs de VoIP. Soit un peu plus de la moitié de l'ensemble des abonnés haut-débit, et près d'un tiers des souscripteurs à une offre voix.
Une marche lente vers la VoIP
Cet engouement montre une chose : la VoIP n'est pas considérée au Japon comme une solution de secours mais comme un système de télécommunications fiable. En Corée du Sud, la situation est différente. Malgré un lancement précoce des services en 1999 et la mise en place d'un cadre officiel en 2005, seuls 200 000 abonnés sont aujourd'hui recensés. Principale cause de ces différences : alors que les opérateurs japonais ont accepté le fait que pour le consommateur, la VoIP est un service voix comme les autres, mais moins cher, les opérateurs coréens ont préféré essayer de différencier le protocole des autres services de communications. Ce, en proposant notamment des prestations personnalisées.
Vers un cadre règlementaire
"Les disparités entre les deux pays montrent que la pénétration du haut-débit est une condition nécessaire mais non suffisante au succès de la voix sur IP. Un cadre règlementaire, qui comprend des clauses au niveau de l'interconnexion et une réforme des systèmes de numérotation est également nécessaire", souligne Suran Seong, analyste pour Ovum. La situation est donc loin d'être définitive. "Avec la portabilité du numéro prévue pour cette année, l'opérateur historique KT devrait changer de stratégie et tenter de prendre l'avantage sur le marché de la VoIP pour protéger sa base d'abonnés haut-débit", conclut Suran Seong.

Toute l'actualité high-tech en Asie sur le blog Asie de L'Atelier
L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas