Japon : les opérateurs mobiles sont aussi des banques

Par 19 juin 2008
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

KDDI s'associe à la banque Mitsubishi Tokyo UFJ pour créer une banque en ligne. La plupart des services bancaires traditionnels seront accessibles par téléphone portable.

Cela faisait plus de deux ans que KDDI, le second opérateur de téléphonie japonais, attendait l'autorisation de créer une banque en ligne. L'Atelier Asie avait déjà parlé de cette intention, ainsi que des retards dans le projet. C'est maintenant concret : il vient d’obtenir une licence lui permettant de faire son entrée dans le secteur bancaire. Appelée JiBun Bank ("ma banque") cette nouvelle banque directe est une coentreprise entre KDDI et la banque Mitsubishi Tokyo UFJ. En principe, elle doit permettre à ses clients d’effectuer dès juillet 2008 des transferts et des paiements en ligne 24h / 24 et tous les jours de l’année à partir d’un téléphone portable, d’un poste fixe ou d’un ordinateur connecté à Internet. A terme, la Jibun Bank devrait offrir à ses clients bien d’autres services: comptes en devise étrangère, cartes de crédit, produits financiers, prêts bancaires et assurances.
La plupart des services bancaires accessibles par mobile
Les usagers des réseaux de téléphonie mobile concurrents (NTT DoCoMO et SoftBank) pourront aussi ouvrir un compte à la Jibun Bank. Des services spéciaux seront réservés aux clients de au, la filiale mobile de KDDI. Il suffira par exemple aux clients d’un numéro de téléphone pour consulter leur relevé de compte ou effectuer un virement via leur mobile. Les clients de au auront enfin accès à des services déjà très répandus au Japon dans la téléphonie mobile comme le porte-monnaie électronique et le paiement sans contact. Le Japon est depuis longtemps le pays le plus avancé en matière de services mobiles. Le taux de pénétration de la téléphonie mobile y est supérieur à 100%. Le mariage entre KDDI et UFJ confirme donc une tendance de fond au Japon : l’intrusion des opérateurs télécoms dans les services data, notamment bancaires.
Banques et téléphonie mobile : des intérêts communs
 "Le secteur est très concurrentiel et il y a un phénomène d’érosion des prix, explique Philippe Torres, directeur des études et du conseil à l’Atelier. Les opérateurs recherchent de nouveaux relais de croissance pour augmenter ou du moins maintenir leurs marges." C’est pourquoi ils s’intéressent notamment au secteur financier.  A l’inverse, la création de la Jibun Bank confirme également l’intérêt des banques pour les services mobiles. "Toutes les grandes banques possèdent déjà des services de m-banking." La principale nouveauté de la Jibun Bank réside dans l’étendue des services banquiers qu’elle proposera à ses clients. Selon Philippe Torres, cette banque préfigure ce que seront, en partie, les banques de demain : "les banques doivent être présentes sur les services mobiles pour être présentes auprès des consommateurs qui y trouvent une valeur d’usage intéressante. Ceci ne remet pas en cause le modèle  des réseaux d’agences, nécessaires  pour les services de proximité, mais vient le compléter avec une gamme de services  disponibles en tout lieu et à tout moment". La JiBun Bank table sur une forte croissance : elle prévoit l’ouverture de 2,4 millions de comptes en trois ans.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas