Jean-Baptiste Grenouille dompté par un nez artificel

Par 02 octobre 2008 1 commentaire

Des ingénieurs en biologie du MIT ont trouvé le moyen de reproduire en laboratoire des récepteurs olfactifs. Cette découverte, expliquent-ils, ouvre la voie à l'élaboration de nez artificiels. Lesquels pourraient être utilisés à des fins très diverses. Ils pourraient en effet remplacer les chiens qu'on utilise pour détecter les odeurs de drogue ou d'explosifs. Ils pourraient aussi servir à des fins médicales. Par exemple pour diagnostiquer à temps des maladies entraînant des odeurs particulières : le diabète ou les cancers du poumons, de la vessie et de la peau. Outre ces applications bien salutaires, on peut aussi imaginer divers gadgets dont les marchands feront leur beurre : par exemple des détecteurs de mauvaise haleine pour pouvoir prendre ses précautions en cas de "date" (prononcez avec un accent américain). Dans un futur proche, les machines pourront donc reconnaître un nombre croissant d'odeurs. Leurs nez seront-ils aussi fins que celui de Jean Baptiste Grenouille, le héros du roman de Süskind ? Espérons que non ! D'aucuns pourraient les dévorer.

Haut de page

1 Commentaire

Mauvaise nouvelle pour les passeurs ! Mais cette technologie ouvre les portes à de nombreuses choses... Super article !

Soumis par Anonyme (non vérifié) - le 30 mars 2011 à 07h46

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas