Quand le jeu donne des armes contre la maladie

Par 06 août 2008

Pour l'association HopeLab, jouer à un jeu vidéo permet aux jeunes d'avoir un comportement plus positif face à la maladie. Dans son jeu, Re-Mission, les enfants s'attaquent virtuellement à la source de leur mal.

Les bienfaits du jeu vidéo ne sont plus à démontrer, notamment dans le secteur de la santé : tâches ludiques pour les patients en rééducation, casual game pour soigner la dépression... Selon une étude menée par l'association HopeLab, jouer pourrait également permettre d'améliorer l'état général d'un patient confronté à une maladie grave. "Un jeu vidéo élaboré avec stratégie peut être un outil très efficace pour améliorer l'impact du traitement en encourageant le patient à adopter un comportement plus positif", explique Steve Cole, vice-président de recherche au HopeLab. Pour mener son étude, dédiée à observer quels sont les impacts que le jeu peut avoir sur le comportement et le moral des malades, l'association a utilisé Re-Mission, un jeu vidéo précédemment développé et dédié aux adolescents qui souffrent d'un cancer.
Un robot chasseur de maladie
Chaque joueur prend le rôle d'un robot microscopique prénommé Roxxi. Celui-ci voyage à l'intérieur du corps de patients ayant la même maladie, dans le but d'en chasser les cellules cancéreuses. Le tout, en vingt niveaux de jeux, chacun montrant comment se battre au mieux contre la maladie. Les responsables du projet ont proposé à près de quatre cents jeunes d'y jouer pendant les trois mois de leur traitement. L'expérience a eu lieu dans une trentaine de centres médicaux aux Etats-Unis, au Canada et en Australie. Pendant cette phase de test, une machine à IRM a pris des images du cerveau des patients.
Une meilleure efficacité du traitement
Ce, afin d'observer les régions du cerveau activées, et à quel moment elles le sont pendant le déroulement du jeu. Les comportements après le jeu ont également été analysés. Résultats : une majorité des jeunes malades a mieux pris les médicaments qui lui ont été prescrits et a montré une meilleure connaissance de la maladie. Une meilleure efficacité du traitement aurait enfin été démontrée. "Le jeu donne au patient la sensation d'avoir plus de pouvoir et de contrôle sur sa maladie", ajoute le responsable de l'étude. A noter : le jeu a déjà été distribué en plus de cent vingt-cinq mille copies gratuites dans quatre-vingt pays. Il est disponible en anglais, français et espagnol sur le site re-mission.net.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas