Les jeunes échangent pub contre service mobile gratuit

Par 03 juin 2008 3 commentaires
Mots-clés : Future of Retail

MMS, TV mobile, vidéo : les utilisateurs y feraient plus appel si ces applications étaient gratuites. Et ils accepteraient de la publicité mobile en échange.

Plus d'un tiers des 16-35 ans utiliserait plus les MMS et les services de TV mobile s'ils étaient gratuits grâce à la publicité. Ces résultats, issus d'une étude commanditée par Mobixell Networks, peuvent réjouir les annonceurs. Les utilisateurs montrent ainsi leur réceptivité aux publicités sur mobile, au-delà des simples SMS. Ce qui semble encourageant, quand on sait en plus que parmi les sondés une majorité déclare déjà se servir des services mobiles (MMS, vidéo, TV). "Il ne faut pas s'emballer", tempère Julien Veillon, directeur marketing mobile chez BETC Euro RSCG. "Les résultats de cette étude sont cependant à l'image de l'ensemble de l'industrie du marketing mobile : très positifs, mais exagérés". Il explique ainsi que si les chiffres sont très prometteurs, on est loin encore d'être à ce stade d'évolution du marché. Certes les utilisateurs sont prêts à accepter plus de publicité sur leur téléphone portable. "Le modèle qui est intéressant est celui lancé par Blyk", commente le directeur marketing.
La flexibilité pour l'utilisateur
"A savoir : customiser la publicité que l'utilisateur veut recevoir, en choisissant les produits, le type de contenu, d'industrie, mais aussi les horaires de réception des annonces". Il s'agit donc de garantir la flexibilité pour l'utilisateur, mais aussi de lui assurer une certaine rétribution : des services mobiles gratuits contre publicité par exemple, mais aussi des offres spéciales. "Les annonceurs doivent exploiter le mobile pour proposer des publicités différentes", explique Julien Veillon. "Ce, en utilisant le couponing, les promotions, etc.". Autre prérogative pour assurer le développement de la publicité sur mobile : être capable d'en mesurer les effets pour la marque. Ce qui est difficile, car le mobile n'est pas né avec la publicité, mais pour communiquer. Contrairement à Internet, sur lequel les bannières et autres spots vidéo sont entrés dans les moeurs.
Assurer la traçabilité pour l'annonceur
"Les services de traçabilité sur mobile ne sont pas très réactifs, les opérateurs bloquent souvent les statistiques concernant les campagnes", ajoute Julien Veillon. Il continue en expliquant que "c'est ce qui fait que les marques n'ont pas un reporting clair de leur action de communication". Les annonceurs savent donc créer un effet, mais malheureusement peuvent difficilement en quantifier l'audience et les répercussions. Pour développer le marché de la publicité sur mobile, il s'agit donc d'assurer aux marques un reporting sérieux pour les convaincre d'investir. Ce qui demande dans tous les cas d'âpres négociations avec les opérateurs mobiles afin de faire évoluer le business mobile, mais aussi d'attendre que les usages évoluent.

Haut de page

3 Commentaires

slt tous bisousssssssssssssss

Soumis par coralie (non vérifié) - le 03 juin 2008 à 18h25

Pour la mesure d'audience, n'y a t'il pas moyen d'utiliser la carte SIM?

Soumis par Sébastien (non vérifié) - le 04 juin 2008 à 05h00

Tous ces services sont gratuit sur www.goojet.com.

Move your web

Soumis par sbucci (non vérifié) - le 13 juin 2008 à 17h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas