Pour les jeux sérieux, le mobile est autorisé en cours

Par 15 juillet 2008 1 commentaire
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Les bienfaits des serious games ne sont plus à démontrer. D'où l'intérêt de les intégrer aux cursus scolaires. Pour le projet eMapps, le portable est le support le plus adapté : il est accessible à tous, et partout.

mInteract permettait déjà aux élèves d'interagir avec l'enseignant pendant le cours grâce à leurs téléphones portables. Le projet européen eMapps estime également que ces combinés peuvent trouver leur place dans le cursus scolaire, mais pour acquérir des compétences cette fois. Il développe pour les enfants entre neuf et douze ans des jeux interactifs et autres univers virtuels embarqués sur des mobiles permettant aux jeunes d'acquérir de manière ludique des connaissances enseignées à l'école, comme en histoire ou en géographie. Le choix du mobile est justifié, selon eux, par la nécessité de proposer des solutions éducatives qui ne s'arrêtent pas aux portes de la classe. Le téléphone portable, détenu par un nombre grandissant de jeunes, permet ainsi de se rassembler pour jouer à l'école, mais aussi dans la cour ou chez soi, avec un groupe d'amis.
Apprendre en permanence
"A l'avenir, l'apprentissage ne sera plus circonscrit à l'école. Il trouvera sa place au quotidien dans l'environnement réel et virtuel de l'élève", commente à ce sujet Gabriella Lovasz, responsable de projet pour eMapps. Dans le cadre du projet, dix-sept écoles ont été impliquées, réparties dans huit pays parmi les nouveaux membres*. Lors de la phase de test, les enseignants ont été invités à concevoir la trame des jeux qu'ils souhaitaient proposer à leurs élèves. Parmi ceux-ci, le module City Game propose aux enfants de jouer le rôle d'un habitant de leur ville et de découvrir plusieurs informations sur celle-ci en résolvant des puzzles et autres quizz. Quant à la question sur la réelle utilité d'introduire le jeu à l'école, les responsables du projet sont clairs : "les jeux exigent de savoir travailler en équipe et d'avoir des capacités de management. Ils représentent des challenges au niveau intellectuel et technologique", explique ainsi Gabriella Lovasz.
Créer un réseau de jeunes joueurs européen
Le projet a aussi une forte empreinte communautaire : à terme, il vise à créer un réseau de jeunes joueurs issus de toute l'Europe, capables de jouer ensemble aux serious games. Des forums, mais aussi des weblogs et des vidéocasts sont déjà proposés aux enfants depuis la plate-forme eMapps.com. Ce, dans plusieurs langues. Le but étant de les encourager à communiquer et découvrir les jeunes des autres pays membres. Il est également possible de construire un réseau d'enseignants, qui pourront échanger sur leur expérience. A noter : le choix des pays ne s'est pas fait par hasard. Les responsables du projet rappellent que ces nouveaux pays membres sont souvent en plein période de réforme de leur système éducatif. Intégrer les technologies mobiles et le jeu au sein de l'enseignement s'y annonce souvent plus simple.
*La République Tchèque, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie.

Haut de page

1 Commentaire

Bonjour,
Aujoud'hui,il créer des consoles destinés à l'éducation des enfants de 2 à 16 ans.Plusieurs jeunes sont attirés par des jeux.Il faut qu'on les cherchent là où ils se trouvent.Je propose des jeux où on trouvera des exercices à résoudre avant d' y avoir accès.

Soumis par bgwem - le 06 mars 2013 à 17h12

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas