Les jeux vidéo, bons ou mauvais ? Ca dépend

Par 19 août 2008 1 commentaire
Mots-clés : Future of Retail

Accusés de tous les torts, ou encensés, les jeux vidéo suscitent des polémiques courantes et variées. Et si tout le monde avait raison ?

Les jeux vidéo seraient dangereux pour les enfants. Ils seraient bénéfiques pour les apprentis chirurgiens. Ils pousseraient les adolescents vers la violence. Seule certitude : parmi toutes les études contradictoires, on ne sait plus trop quoi en penser. Un chercheur de l'Iowa State University a décidé de mettre tout le monde d'accord, en affirmant que finalement tout le monde a raison. "Il faut savoir que les jeux vidéos ont diverses influences, à plusieurs niveaux, et dépendant de nombreux critères : la fréquence à laquelle ils sont pratiqués, le contenu de chaque jeu, quelle attention est portée à ce qui se passe sur l'écran par le joueur, et la façon dont ce dernier interagit avec le jeu", explique ainsi Douglas Gentile. "Ce qui signifie au final que les jeux ne sont pas "bon" ou "mauvais" pour leurs utilisateurs. Ils sont pour moi des outils éducatifs puissants, qui ont de nombreux effets positifs sur les joueurs". Pour arriver à cette conclusion, le chercheur et son équipe ont analysé diverses études portant sur les effets des jeux sur les étudiants, apprentis médecins, jeunes et moins jeunes.
Influence selon les joueurs
Ce qui les a amenés à démontrer que selon le profil du joueur (âge, sexe, assiduité au jeu) et le type de jeu pratiqué, les effets pouvaient varier du tout au tout. Ainsi, une première enquête menée auprès de collégiens âgés de dix à douze ans à qui on a demandé de jouer à un jeu de divertissement, montre que les plus jeunes n'en ont pas tiré les mêmes enseignements. Les chercheurs ont demandé à tous les participants de commenter à voix haute le jeu en temps réel. Il s'est avéré que les joueurs de dix ans étaient plus intéressés par les objectifs à court terme et le passage d'étapes en étapes. Ils se penchaient plus sur les problèmes à résoudre ainsi que sur les détails qui faisaient les rouages du jeu que leurs aînés. Ces derniers étant simplement intéressés par le côté ludique du jeu. Autres différences observées : celles des effets provoqués par les jeux de simulation. En particulier chez les apprentis chirurgiens : il s'avère que près d'un tiers des étudiants ayant pratiqué la chirurgie via des jeux sérieux se sont montrés plus rapides à la tâches lors d'opérations réelles.
Les jeux enrichissent le raisonnement
Et près de 40 % d'entre eux ont commis moins d'erreurs que ceux n'ayant pas d'entraînement virtuel. Bénéfique, donc. Autre point positif à accorder aux jeux vidéo : ils facilitent les échanges, le partage de connaissances et le raisonnement scientifique. Ce sont les conclusions d'une enquête ayant porté sur des membres de World of Warcraft : des chercheurs ont étudié pendant un mois plus de deux mille conversations entre les joueurs. Il en est ressorti que ces derniers menaient de grandes discussions destinées à établir des stratégies de jeu, à partager leurs découvertes, et à mettre en commun leurs idées. "Ces forums illustrent comment des pratiques intellectuelles sophistiquées peuvent émerger de jeux vidéo", commente Douglas Gentile. "Les joueurs discutent ouvertement de leurs stratégies, créant un environnement dans lequel des pratiques de raisonnement scientifique sont apprises via le jeu". Cela devrait rassurer les entreprises adeptes du Serious Games.

Haut de page

1 Commentaire

Bonjour,je suis en train de réaliser un mémoire fin d'etudes en mastere je cherche les probleme concernant des jeu vidéo temps réel en réseau?merci

Soumis par Mallat (non vérifié) - le 21 juillet 2009 à 12h44

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas