Jobote généralise le recrutement par recommandation

Par 05 août 2013
recommend

La start-up tchèque propose d’utiliser les réseaux sociaux pour motiver les employés à participer à la recherche de candidats pour leur entreprise.

Recruter est  une opération à la fois coûteuse et risquée, et ce, notamment, lorsque les recherches sont effectuées en externe. Si les ressources humaines ont finalement su prendre parti des réseaux sociaux pour améliorer leur visibilité, de nouveaux modèles sont en marche. A l’instar de celui de Jobote qui promet de faciliter le processus d’embauches en faisant directement appel aux salariés de l’entreprise. Pour cela, la startup a choisi d’allier motivation pécuniaire et cooptation numérique afin d’épargner à ses utilisateurs les contraintes onéreuses d’un recrutement classique et d’être certains d’assurer un partenariat viable.

Quel processus de recrutement ?

En premier lieu, il convient de créer une annonce tout à fait classique avec notamment la fiche descriptive du poste qui pourra être envoyée par simple email aux différents collaborateurs. La première originalité réside dans le fait de faire passer l’annonce aux employés en leur promettant directement une prime de recommandation. L’employé intéressé créera alors, en acceptant la requête, un lien Jobote unique, partageable et traçable sur les réseaux sociaux. Les potentiels candidats n’auront alors plus qu’à suivre le lien pour s’engager dans le processus de recrutement managé grâce à la plateforme de Jobote. L’employeur pourra dès lors suivre et gérer l’avancée du processus de recrutement ainsi qu’identifier la provenance des candidats grâce à l’interface fournie par la start-up.

Des économies significatives promises par Jobote

Le mécanisme proposé par la start-up est censé faire économiser 70% des coûts de recrutement classiques en éliminant le recours aux agences de recrutement externes et en automatisant le processus de recommandation. Jobote justifie ce chiffre en avançant que les candidats recommandés possèdent une probabilité d’embauche 20 fois supérieure aux candidats issus d’autres sources et qu’ils sont bien plus fréquemment fidèles à l’entreprise. Un salarié quittant son poste durant la période d’essai coûterait effectivement 150% du salaire d’un employé ordinaire. De plus, le fait pour un employé initial de pouvoir constituer son équipe grâce à des profils dont il connait la valeur permettrait d’alimenter sa motivation et son bien être dans l’entreprise.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas