Jouer en ligne, mauvais pour la santé ?

Par 29 mars 2012
jeux en ligne

Et si les joueurs en ligne étaient prédisposés à consommer drogue et alcool ? C’est le postulat un peu étonnant de chercheurs de l’université Concordia au Canada.

D’un seul clic, il est facile d’accéder à des plate-formes de jeux interactives. Que l’on utilise un mobile ou un ordinateur, 24H/24 et 7/7 jours. Face à cet accès inépuisable de ressources que représente Internet, des chercheurs canadiens se sont intéressés aux relations entre jeux en ligne et dépendance à l’alcool et à la drogue.

Cette étude, dirigée par Sylvia Kairouz, de l’université de Concordia, a comparé les usagers qui jouent hors-ligne et en ligne. Ces résultats montrent que l’alcool et la consommation de cannabis sont en effet associés à des usagers en ligne.

Selon Sylvia Kairouz, « Le nombre de sites de jeux à travers le monde, est passé d’une quinzaine en 1995, à 2358 en 2010. Les recettes sont elles, passées de 3 milliards de dollars, à 24 milliards de dollars entre 2000 et 2010. »

Parmi les résultats de l’enquête, les chercheurs ont découvert que les jeux en ligne étaient encore un phénomène marginal dans la population québécoise. Seul 1,3 % des sondés a déclaré avoir joué en ligne au cours des douze mois précédant l’enquête.

Les joueurs en ligne ont dépensé plus d’argent et passé plus de temps que les joueurs hors-ligne. La proportion des consommateurs d’alcool et de cannabis a aussi été plus importante chez les joueurs sur Internet.

Mais là où cela se complique, c’est de déterminer si les jeux en ligne créent des problèmes de dépendance ou si ceux qui ont des comportements de dépendance sont plus susceptibles de jouer sur Internet. « L’objectif de nos recherches serait de trouver le moyen d’identifier les personnes à risque, les raisons de leur fragilité et enfin d’élaborer des mesures préventives pour réduire ces comportements », conclut Sylvia Kairouz.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas