Les journaux américains n'apprécient pas "le gossip" de Matt Drudge. En

Par 26 août 1997

diffusant sa publication, "The Drudge Report" sur Internet (www.drudgereport.com), Matt Drudge, ce journaliste non conventionnel, terrorise les médias traditionnels. Dans son petit bureau de Los Ang...

diffusant sa publication, "The Drudge Report" sur Internet
(www.drudgereport.com), Matt Drudge, ce journaliste non conventionnel,
terrorise les médias traditionnels. Dans son petit bureau de Los Angeles,
toute une batterie d'ordinateurs lui permet de diffuser sur son site web
sa spécialité "le gossip", l'équivalent de notre "potin". Comme il
l'explique lui même sur son site "c'est simplement une information qui n'a
pas encore été confirmée". On trouve ainsi dans sa publication des
informations vraies, choisies pour la plupart dans les médias classiques,
quelques scoops authentiques et certaines informations totalement fausses.
Sans compter ceux qui y accèdent librement par les services d'America
Online, le Drudge Report attire 85 000 abonnés friands de gossip.
Récemment, bien que s'étant rétracté, Matt Drudge risque d'être poursuivi
en justice par Sidney Blumenthal, célèbre journaliste du New Yorker mis en
cause pour "violence conjugale", information totalement fausse. Devant
l'afflux de nouvelles plus ou moins fantaisistes qui circulent , le New
York Times s'indigne "les cyberauteurs de la trempe de M. Drudge seraient
bien inspirés de faire preuve d'un peu de retenue. Et les internautes
devraient, à tout le moins prendre conscience que la diffusion d'une
information sur leur écran ne lui confère pas automatiquement un statut
d'authenticité".
(Le Monde - 22/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas