Kertel se lance sur le marché du téléphone résidentiel.

Par 24 mars 1999
Mots-clés : Digital Working, Europe

L'opérateur de télécommunications grand public du groupe Pinault-Printemps-Redoute, Kertel vient d'annoncer le lancement de la Kerbox, une offre "packagée" destinée au marché de la téléphonie ré...

L'opérateur de télécommunications grand public du groupe
Pinault-Printemps-Redoute, Kertel vient d'annoncer le lancement de la
Kerbox, une offre "packagée" destinée au marché de la téléphonie
résidentielle.
Couplé à un abonnement gratuit, ce petit boîtier, vendu 290 F (44,21
euros), se branche directement sur la prise téléphonique et permet de
choisir automatiquement le transporteur le plus avantageux en fonction de
l'appel.
Les économies réalisées par rapport aux tarifs de France Télécom sont,
selon Kertel, de 20 % sur les communications nationales, de 34 % vers les
mobiles et peuvent aller jusqu'à 50 % pour certaines destinations
internationales.
Titulaire de deux licences d'opérateur, Kertel dispose de ses propres
infrastructures. Pour bénéficier d'une offre complémentaire à celle de
France Télécom pour le transport des appels qui lui seront confiés, Kertel
a conclu des partenariats avec une vingtaine d'opérateurs.
Son président, Pascal Béglin, qualifiant cette offre de "révolution dans
la téléphonie résidentielle", estime qu'elle permet de mettre fin à
"l'opacité" des tarifs par une facturation à la seconde sans "crédit
temps" et permet à l'utilisateur de bénéficier pleinement de la
déréglementation du marché.
Durant deux mois, ce "pack" comprenant principalement un boîtier de
sélection automatique de routage fabriqué par la société britannique
Dataflex, sera commercialisé exclusivement par les points de vente de la
FNAC.
La distribution de la Kerbox sera ensuite élargie aux autres enseignes du
groupe PPR ainsi qu'à d'autres enseignes de la grande distribution, comme
Carrefour, Relais H ou Promodès.
Selon Pascal Béglin, 3 000 points de vente seront susceptibles de
distribuer son appareil.
L'opérateur espère écouler dès la première année entre 100 000 et 200 000
unités.

Ayant commercialisé à ce jour 400 000 cartes téléphoniques et réalisé au
cours des six derniers mois de 1998 un chiffre d'affaires de 61 millions
de F, Kertel estime être en mesure d'atteindre en 1999 un chiffre
d'affaires de l'ordre de 100 millions de F.
(Les Echos - La Tribune - Le Parisien - Libération - 24/03/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas