Kodak négocie difficilement le passage de l’argentique au numérique

Par 21 octobre 2004
Mots-clés : Smart city

En observant la progression du taux d’équipement en appareils numériques, Kodak n’a pas eu d’autre choix que de s’adapter. Premier producteur au monde de pellicules photographiques, le groupe a...

En observant la progression du taux d’équipement en appareils numériques, Kodak n’a pas eu d’autre choix que de s’adapter. Premier producteur au monde de pellicules photographiques, le groupe a choisi l’an passé de se concentrer sur le numérique. Bien lui en a pris, puisque son chiffre d’affaires sur ce segment a progressé de 39 % en un an !

Développement du côté du numérique, et perdition du côté argentique : les ventes de pellicules, d’appareils photographiques jetables et de tirages ont baissé de 20 %. Cette tendance devrait s’aggraver, puisque le groupe prévoit entre 20 et 30 % de diminution du chiffre d’affaires sur cette activité l’an prochain.

En sus du numérique, Kodak a tout intérêt à développer ses activités dans l’imagerie médicale et les kiosques de vente au détail. Celles-ci ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 41 % en un an !

Globalement, les résultats du groupe s’inscrivent en demi-teinte. Kodak profite de la cession d’une activité pour afficher un bénéfice net de 479 millions de dollars. Considéré hors éléments exceptionnels, le bénéfice tombe à 226 millions de dollars, contre 246 millions au troisième trimestre 2003.

Les ventes globales n’ont augmenté que d’1 %, à 3,36 milliards de dollars. Un résultat bien en deçà des prévisions formulées par les analystes, qui tablaient sur un chiffre d’affaires trimestriel de 3,51 milliards de dollars.

(Atelier groupe BNP Paribas - 21/10/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas