Kwaga en appelle à la contextualisation pour classer les mails

Par 23 février 2009
Mots-clés : Smart city

Le système comprend le sens des messages reçus et les qualifie par des icônes qui renseignent sur leur nature. En fonction du degré d'urgence, un SMS est envoyé automatiquement à l'utilisateur.

Le service de gestion des mails Kwaga classe automatiquement le flux permanent des messages électroniques. Pour y parvenir, il utilise des technologies sémantiques multilingues qui comprennent le contexte et le sens des messages reçus. "Kwaga reconnaît les demandes d'action, les dates, ou encore la nature du mail en analysant le langage", explique son PDG Philippe Laval à L'Atelier. Le système repère également des données temporelles. Avec ces informations, il est à même de faire ressortir le degré d'urgence d'un courriel. Si besoin est, un SMS de rappel est envoyé à l'utilisateur. En fonction des mots analysés, Kwaga qualifie les messages par une icône permettant à l'internaute d'en identifier de suite leur nature : suivi d'action, rendez-vous, compte rendu, confirmation de commande, livraison...
Un système de classement compatible mobile
Certaines données clés, comme un numéro de téléphone ou un rendez-vous, sont surlignées automatiquement dans le corps du mail. Autant d'informations qui peuvent être envoyées ensuite vers l'agenda électronique de la personne. Le service est disponible sur un grand nombre de clients de messagerie comme Outlook, Gmail, ou encore ThunderBird. Les utilisateurs pourront en profiter depuis leur iPhone ou autre smartphone. "Notre vision est de pouvoir traiter tous les moyens de communication : mails, y compris sur smartphones, réseaux sociaux et messageries instantanées", ajoute le responsable. Proposer un module additionnel pour réseaux sociaux est loin d'être anodin : les serveurs mails font face actuellement à une désaffection de leurs services au profit des boîtes de messagerie des plates-formes communautaires.
Kwaga lorgne du côté des réseaux sociaux
Celles-ci commencent à être utilisées pour envoyer de l'information professionnelle, notamment par des utilisateurs submergés sur leurs boîtes mails. Pour eux, ces messageries sur réseaux permettent d'aller à l'essentiel. "Les plates-formes communautaires sont une réponse ponctuelle mais se retrouveront à terme confrontées aux mêmes problèmes : trop de messages, d'interruptions, pas assez de temps...", prévient Philippe Laval. Le système sera lancé officiellement à l'automne. Il sera proposé gratuitement sous forme d'un service téléchargeable depuis le site. Ses créateurs envisagent de proposer ensuite une version premium payante. Des accords avec des prestataires de webmail sont planifiés pour accélérer sa diffusion.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas