L’administration restreint l’accès à ses documents online.

Par 22 septembre 1998
Mots-clés : Smart city

Si l’on se connecte au site de la Cnil (http://www.cnil.fr) et si l’on tente d’accéder aux rapports annuels et aux autres ouvrages réalisés par cette commission, on se voit renvoyer à la Documentati...

Si l’on se connecte au site de la Cnil (http://www.cnil.fr) et si l’on
tente d’accéder aux rapports annuels et aux autres ouvrages réalisés par
cette commission, on se voit renvoyer à la Documentation française ou à
son libraire.
Le haut fonctionnaire Jean-Paul Baquiast, auteur d’un rapport sur le rôle
du réseau dans la modernisation de l’Etat (mai 1998) s’insurge “la Cnil
est censée protéger les droits des Français. Chaque internaute devrait
pouvoir télécharger le rapport annuel et le mettre sur sa table de nuit”.
En effet, seul un chapitre est mis en ligne. Il faut savoir que dans ses
contrats types, la Documentation française a intégré une clause obligeant
les administrations, exception faite des ministères, à ne pas publier sur
leurs sites plus de 10 % du contenu des publications. Thierry Jarlet,
directeur de la communication à la Cnil depuis trois semaines se dit
“favorable à ce qu’on mette sur l’Internet un maximum de choses le plus
rapidement possible” et promet d’en parler avec la Documentation
française.

Sur les sites de l’ART (http://www.art-telecom.fr) ou du Conseil
supérieur de l’audiovisuel, l’internaute doit se contenter d’indications
pour acheter les rapports annuels. Jean-François Hernandez de l’ART
explique “nous avons décidé que notre rapport d’activité serait payant
(150 F). C’est pourquoi nous ne le proposons pas sur le Web”.

Présidée par Jean-Paul Baquiast, l’association Admiroutes
(http://www.admiroutes.asso.fr) a attribué à l’ART “un double mulot
d’honneur” avec ce commentaire “nous suggérons qu’à l’avenir, la
publication de ce rapport soit confiée à des moines copistes cisterciens,
sur parchemin pur veau, avec enluminures carmin, or et bleu céruléen.
Ainsi, seuls les plus riches des opérateurs de télécom pourraient-ils
l’acquérir”.

Dans son genre, l’ENA se heurtant aussi aux 10 % fixés par la
Documentation française, ne fait pas mieux en faisant paraître dans le
Monde cette annonce publicitaire “l’Ecole nationale d’administration
vient d’éditer un recueil des meilleures copies des concours 1997. Ce
document est en vente de 9 h à 17 h 30 à l’ENA”.
(Libération - 22/09/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas