Pour l’ART, la revente de l’abonnement téléphonique ne pose pas de problème… Si France Télécom le veut bien !

Par 20 juin 2003
Mots-clés : Future of Retail, Europe

A l’occasion d’une conférence sur les télécoms organisée par le journal « Les Echos », Paul Champsaur, président de l’Autorité de régulation des télécommunications (ART), a présenté le point de ...

A l’occasion d’une conférence sur les télécoms organisée par le journal « Les Echos », Paul Champsaur, président de l’Autorité de régulation des télécommunications (ART), a présenté le point de vue de l’instance à propos de la revente de l’abonnement téléphonique. Il a indiqué que cette opération ne posait aucun problème, mais qu’il n’était pas possible de l’imposer à France Télécom.

L’abonnement téléphonique reste en effet un monopole de l’opérateur historique français, ce qui implique un doublement des factures pour les utilisateurs qui ont choisi un prestataire alternatif, 9 Télécom ou Cegetel par exemple. Tele 2 affirme que 85 % de ses clients français souhaitent que ce soit lui qui s’occupe de leur abonnement. Les opérateurs alternatifs estiment que cela leur permettrait de mieux fidéliser leurs clients.

Le président de l’ART émet néanmoins quelques réserves : « Il convient de s’assurer que ce qui est géré actuellement par un contrat bilatéral entre France Télécom et le titulaire de l’abonnement, le sera dans les mêmes conditions à travers un contrat entre l’opérateur concurrent de France Télécom et le client final. Pour cela, les deux opérateurs doivent conclure un contrat prévoyant que les prestations initiales continuent à être fournies comme par le passé ».

Les textes actuels ne permettent pas à l’instance régulatrice des télécommunications d’obliger France Télécom à abandonner son emprise sur l’abonnement téléphonique. Le nouveau cadre qui devrait encadrer prochainement le secteur pourrait cependant donner à l’ART « une capacité d’intervention » dans ce domaine. Par ailleurs, Paul Champsaur a rappelé que le dégroupage total permettait également à l’opérateur d’être le seul interlocuteur de ses clients.

(Atelier groupe BNP Paribas – 20/06/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas