L’atlas mondial de l’Internet

Par 20 septembre 2002

Dans son édition 2002 de son « Atlas mondial de l’Internet », l’Idate fait le point sur les grandes tendances du marché et les évolutions des positions des acteurs. Le secteur des ISP ...

Dans son édition 2002 de son « Atlas mondial de l’Internet », l’Idate fait le point sur les grandes tendances du marché et les évolutions des positions des acteurs. Le secteur des ISP s’est tout d’abord organisé autour des grands opérateurs de télécommunications. Leurs filiales arrivent en tête en Allemagne (T-Online), en France (Wanadoo) ou en Espagne (Terra Lycos). Toutefois, le paysage européen des ISP est aussi marqué par l’émergence d’un grand acteur indépendant, Tiscali, qui a su associer à sa croissance le déploiement d’une infrastructure de télécommunication. Dans le même temps, AOL, bien installé au Royaume-Uni, a du mal à parvenir au leadership qu’il a acquis aux Etats-Unis. Les premières offres d’accès gratuit à Internet sont apparues vers la fin des années 1990. Ces offres ont permis principalement aux marchés résidentiels de se développer en l’espace de quelques mois, notamment en Europe de l’Ouest. Toutefois, le modèle économique des ISP gratuiuts n’a pas connu le succès escompté. Ils ont, en effet, subi directement la chute des revenus de la publicité en ligne, sur lesquels la plupart appuyait leur modèle. Désormais, les ISP doivent, soit convertir leur parc d’abonnés à des offres payantes, soit éviter d’importants taux de désabonnement. Les solutions forfaitaires incluant l’abonnement à l’ISP et le coût des communications sont aujourd’hui les plus proposées. La fourniture de services gratuits est remise en cause dans d’autres domaines que l’accès. L’offre de contenu est aussi concernée et beaucoup d’acteurs proposant des services sur Internet revoient leur stratégie. Le haut débit se développe. Le forfait illimité intégrant les minutes de connexion téléphonique a du mal à s’imposer face au forfait des offres DSL ou via le câble-modem. Des accès à débits limités (inférieurs à 200 Kbps) sont commercialisés tout en conservant la caractérique du « always on ». BT a ainsi annoncé le lancement d’un service d’accès DSL brut, laissant le soin à ses clients de se connecter à l’Internet via l’ISP de leur choix. Les filiales des opérateurs historiques s’imposent aujourd’hui sur le marché de l’accès haut débit résidentiel, exception faite des câblo-opérateurs non soumis au principe d’ouverture de leur réseau à des tiers. Bien que le marché de l’accès à haut débit démarre, il n’est guère soutenu par une offre de services spécifiques. Au cours des deux dernières années, de nombreux réseaux à envergure internationale, notamment sur le marché européen, ont été déployés. Selon Telegeography, la capacité internationale des pays a, en conséquence, progressé d’environ 440 % entre 1999 et 2000 puis de l’ordre de 186 % entre 2000 et 2001, entre les 24 principales villes européennes. Face à la sous-utilisation de ces capacités, les opérateurs ont dû diminuer leurs tarifs de manière importante. De plus, certains acteurs majeurs exploitant des réseaux d’envergure internationale connaissent actuellement de graves difficultés financières, comme WorldCom aux Etats-Unis ou KPNQwest en Europe. Ces deux acteurs supportent sur leurs réseaux une grande partie du trafic IP international. Depuis quelques mois, la demande en capacité et le nombre d’installations d’infrastructures locales haut débit diminuent. Les déploiements effectués jusqu’à présent suffisent à satisfaire les besoins actuels. Le positionnement des Etats-Unis a été remis en cause par les multiples déploiements d’infrastructure de ces dernières années. Alors qu’avant 1999, la quasi totalité du trafic Internet était véhiculé par les Etats-Unis, ce taux devrait être inférieur à 60 % fin 2002. La fracture Nord/Sud en terme de taux de pénétration persiste. Néanmoins, les disparités sont bien plus importantes entre les régions. L’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest / Scandinavie ont atteint une certaine maturité. L’accroissement du nombre des internautes repose désormais sur le déploiement des nouvelles technologies d’accès haut débit et sur le contenu. Les pays d’Asie Pacifique présentent le meilleur potentiel de développement. La Corée du Sud se distingue comme pays leader en matière d’accès haut débit, devant l’Amérique du Nord. Pour sa part, le Japon se distingue comme le leader en matière d’Internet mobile avec le succés de l’I-mode. L’Europe de l’Est présente aussi des perspectives de développement de l’Internet optimistes. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 20/09/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas