L’avenir sourit à la radio numérique, outre-Manche

Par 11 octobre 2004
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Aujourd’hui, 3,8 % des foyers britanniques possèdent au moins une radio numérique. En 2008, cette proportion pourrait passer à 28,7 % ! Présentée par le Digital Radio Development Bureau, cette...

Aujourd’hui, 3,8 % des foyers britanniques possèdent au moins une radio numérique. En 2008, cette proportion pourrait passer à 28,7 % ! Présentée par le Digital Radio Development Bureau, cette prédiction élèverait à 500 millions de livres sterling la valeur du marché de la radio numérique outre-Manche, contre 90 millions de livres sterling en 2004. Pour l’heure, le gouvernement n’a pas fixé de date pour l’extinction du signal radio analogique*, alors que l’industrie réclame à cor et à cri d’être informée sur la question. Il serait bon que les fabricants de postes radios en soient tenus informés également, puisqu’il est prévu qu’avec ce passage à la radio numérique 100 millions d’appareils deviennent obsolètes. Il seront alors remplacés par des postes numériques, dont les premiers prix sont aujourd’hui d’environ 50 livres. Les revendeurs affirment déjà qu’ils vendent entre deux et trois postes numériques pour un poste analogique. Le Digital Radio Development Bureau (DRDB) clame qu’en décembre 2004, le secteur pourra se prévaloir d’un million d’appareils vendus en Angleterre. Ce volume passera à 13 millions en 2008. Quels seront les grands gagnants de cette envolée ? Selon le DRDB, ce sont les appareils équipés d’une mémoire qui permettront à leur utilisateur de faire des pauses pendant leur écoute, de revenir en arrière et d’enregistrer des émissions. Les ventes de chaînes hi-fi, de radios réveils et d’appareils portables devraient eux aussi bien profiter de la radio numérique. * Aujourd’hui, seule l’Allemagne a fixé une date pour l’extinction du signal radio analogique : 2015. (Atelier groupe BNP Paribas - 11/10/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas